Par DDK | 27 Aout 2006 | 764 lecture(s)

“Mendicité connexion”

l Que ne faut-il pas faire pour mendier ? Tous les moyens sont bons, pour ce “métier” qui n’est guère sous-estimé.La mendicité prend de l’ampleur de jour en jour, et éclate comme un cierge “magique”. Arriver à mendier n’importe où, n’importe quand, n’importe quoi, mais pas n’importe comment ! Au contraire de manière très organisée et très spécialisée, le travail se fait même méthodiquement.Comme il existe des personnes exerçant dans divers domaines, eh bien dans la charité publique aussi il y a ceux qui sont doués pour demander l’aumône.Certains mendiants préparent tout un plan bien tracé, bien défini, un programme adroitement établi avant de sortir pour rejoindre leurs lieux de travail déjà choisis la veille, entre ceux qui envoient leurs employés pour faire le travail et revenir le soir avec un compte rendu et l’établissement de la recette journalière, ceux qui frappent aux portes et bien d’autres, sous toutes les formes possibles.En revanche la nouvelle méthode de ces dernières années nous montre, des femmes et hommes lesquels tout le long de nos allées, seuils de boutiques, angles de ruelles, etc. étalant des ordonnances récupérées n’importe, où qu’ils utilisent comme moyen pour toucher la sensibilité du citoyen ou du passant, qui savent que les prix des médicaments sont excessivement chers.Ils sont plus ou moins calculateurs, c’est le métier qui l’exige, on ne manque pas de remarquer soit une boite de médicaments vide ou bien quelques pièces de monnaie posées en haut à droite de l’ordonnance pour dissimuler la date et tromper l’œil du “donneur” qui de son côté peine parfois à payer ses propres médicaments.

Farroudja M.

0