Par F. A. B. | 26 Novembre 2011 | 1396 lecture(s)

Béjaïa Café Littéraire

L’écrivaine Malika Arabi à l’honneur

Elle est l’invitée, cet après-midi, du Café littéraire qui se tiendra à la Maison de la Culture de Béjaïa, Malika Arabi, auteur d’Eclats de vie, nous déroule sa vie jalonnée de souffrances, mais aussi de combats pour la liberté. Elle décrit, avec émotion, l’engagement de sa famille dans la lutte contre le colonialisme français et son cortège de drames. Son grand frère mort au maquis, son père jeté en prison pour son militantisme au sein de l’organisation civile du FLN, sa mère également emprisonnée et torturée…C’est dans cet univers féroce que la petite Malika a passé son enfance dans le très beau village de Tarsift, pas loin de Tigzirt Sur Mer, en Kabylie maritime. Le profond sentiment de fierté qu’elle a acquis de cet engament familial pour une cause noble s’en trouvera néanmoins atténué par la tyrannie de nos traditions, le caractère patriarcal de notre société, vénérant l’homme et niant toute dignité humaine à la femme. Cette prise de conscience lui causera une profonde blessure, mais elle refusera de se soumettre à l’ordre moral ayant prévalu en sa contrée durant sa prime jeunesse. Elle vivra sa vie, avec ses joies et ses peines, et fera des études au mépris des qu’en-dira-t-on, assassins des villageoises d’alors. Son itinéraire atypique lui servira aussi à tirer des réflexions personnelles sur les paradoxes caractérisant sa Kabylie natale : Pourquoi sa sublime beauté contraste-t-elle si violemment avec la cruauté de nos traditions et de nos institutions séculaires ? S’interroge-t-elle vers la fin de son livre.

F. A. B.

4.00