Par DDK | 12 Septembre 2017 | 502 lecture(s)

Théâtre régional Kateb Yacine

Ccna Ladhyur égaye les enfants

Ccna ledhyur (Le chant des oiseaux), une mise en scène de Fouzia Ait El Hadj, version tamazight, est jouée au théâtre régional Kateb Yacine dans la matinée du samedi dernier. Le décor était appréciable avec une forêt d'arbres, de champignons, du cactus, de figues de Barbarie, des oiseaux... Trois comédiens assurent sept rôles : Aïmen Nassim dans les rôles de Amir, tigre et ogre, Nassira Benyoucef dans le rôle de vendeuse d'oiseaux dans une boutique appartenant au vieux Arab Abdelkrim, qui passe facilement du rôle de propriétaire du magicien et de l'araignée. Nassira Benyoucef, la vendeuse, habituée aux oiseaux, a fini par connaître les besoins des oiseaux qui, par moments, refusent de chanter pour égayer la boutique et distraire les clients. Elle leur donne des graines, de l'eau mais refusent toujours de chanter. La vendeuse a compris le message codé. Elle leur ouvre la porte de leurs cages et leur demande de se libérer. Ils s'envolent dans les airs qu'ils emplissent de chants pour exprimer leur joie. Le propriétaire arrive et constate l'absence des oiseaux car l'échoue est silencieuse. Il s'est dit qu'ils sont vendus et donc la vendeuse lui remettra la somme encaissée mais sa surprise fut très grande quand elle lui annonce qu'elle les a libérés. Enragé, il la menace de faire appel aux convoyeurs pour la punir. Elle prend fuite vers la forêt. Fatiguée, elle se repose sous un arbre. Elle se plaint de soif et de faim. L'arbre lui donne à boire et à manger (une pomme qui tomba de l'arbre). Poursuivant sa route, elle n'échappe pas aux nombreuses embûches rencontrées. Elle croise sur son chemin les différents monstres mais arrive à les combattre avec ruse et intelligence sans afficher sa profonde peur. Le sorcier est anéanti par son propre talisman et libère le charmant prince transformé en arbre. La vendeuse rassurée, mise en confiance, suit le prince vers le palais où ils se marient. La pièce, faisant parler les arbres et les animaux, comme dans les contes et fables de nos ancêtres, renferme plusieurs objectifs, à commencer par éduquer les enfants en leur inculquant le sens du courage, de l'hardiesse, de la défense des faibles, de la défense et protection des animaux, de l'environnement et de la nature, d'autant plus que le Salon de l'enfant qui se tient à la Maison de la culture Mouloud Mammeri a pour thème : «Préservation de l'environnement». Le chant des oiseaux est une pièce réalisée en 2008, dont les messages véhiculés sont toujours d'actualité et que les comédiens ont su les faire passer à l'assistance trop faible et parsemée dans la salle. On avance le salon, la rentrée avec ses préoccupations majeures.

M A Tadjer

0