Par DDK | 14 Septembre 2017 | 769 lecture(s)

Théâtre régional Kateb Yacine

M’cacit tazeggaght, très appréciée et applaudie du public !

La pièce théâtrale M’cacit tazeggaght (Chaperon rouge), du metteur en scène Karim Kemoum et S. G. de l’association Ithran de Draâ Ben Khedda, a été jouée, mardi après-midi, au théâtre régional Kateb Yacine de Tizi-Ouzou. L’assistance était faible. Les enfants sont occupés par les achats des affaires scolaires et la préparation des premiers cours. Les rideaux levés ont fait apparaître une scène au décor préparé d’avance : de grands tableaux représentant les bois, une cabane, des accès, des arbres. Sur scène, quelques arbres, des fleurs, des herbes mettant en relief l’aspect forestier, environnemental, naturel sous les yeux des enfants appelés à les respecter. Les costumes sont bien choisis et bien faits en fonction du personnage et de l’animal sauvage. Cependant, nous ne cesserons pas de rappeler et de revoir le son. Les dialogues étaient parfois inaudibles. La musique couvre quelques dialogues. L’emplacement, sur scène, des comédiens est à revoir. Par moment, les spectateurs ne voient pas toute la scène. Huit comédiens et comédiennes se sont donné pour satisfaire le public. Les enfants ont apporté tout leur soutien à la fille Daf Célia, dans son rôle du Chaperon rouge habituellement joué par Aftis Ouerdia. Ils ont une dent contre le méchant chacal, rôle joué par Djamel Aïssat. La fille a reçu des consignes de la part de sa mère, rôle joué par Kemoum Lina qui assura aussi le rôle de la gazelle. Ces secrets ne sont pas gardés. Ils sont divulgués à tous les animaux de la forêt, dont le chacal n’attendait que l’occasion et le moment propice pour passer à l’action pour dévorer la grand-mère (rôle joué par Hanane Aït Mohand. Il se faisait passer pour un bûcheron (Mahmoudi Arezki). La discussion terminée, le chacal se léchait déjà les babines ignorant ce qui l’attendait aussi, à son tour. Il goûta même au miel et la galette donnés par la fillette par orgueil. Le lièvre (Mansouri Rahim) et la gazelle (Kemoum Lina) se tranquillisèrent puisque le chacal aura trouvé une véritable proie facile à berner. Le chacal prit un raccourci et une fois arrivé à la cabane, il enferma la vieille dans un placard et prit place dans le lit de grand-mère pour faire croire à sa petite-fille qu’elle dormait. Elle se rendit compte du mauvais tour joué par le chacal qui sauta sur elle mais ses cris alertèrent le chasseur qui arriva à temps et tira sur le loup qui tombait raide mort. Une fin très appréciée et applaudie des enfants qui criaient de joie ! La pièce renferme plusieurs messages et conseils compris des enfants qui ont répondu par des applaudissements. Il est à rappeler que le metteur en scène n’est pas à sa première pièce. Il a déjà à son actif «Thafath Ighavène», «Moudjahed», «Khaled (sur la drogue)», entre autres, et nous confie qu’il est sur un nouveau projet, «Assemblée générale des animaux de la forêt», pour remplacer le chef, le lion, devenu vieux. Qui du chacal ou de l’âne deviendrait le futur chef ? Un choix difficile. Une pièce très attendue.

M.A.Tadjer

0