Par DDK | 16 Mai 2018 | 1540 lecture(s)

Clôture du concours national de la chanson amazighe

Tiziri Chekai s’adjuge la 10e édition

La 10ème édition du Concours national de la chanson amazighe s’est clôturée, hier, au niveau de la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou.

Organisé par l’association culturelle «Tarwa n Gaya» du village Redjaouna en collaboration avec la Direction de la Culture de Tizi-Ouzou, ce rendez annuel a vu la participation de plusieurs candidats de différentes wilayas du pays. Il s’agit, entre autres, de la wilaya de Batna, Oran, Tiaret, Ghardaïa, Béjaïa, Tizi-Ouzou…etc. En hommage au grand chanteur et militant kabyle Ouazib Mohand Ameziane, la première journée de cette manifestation est dédiée, donc, à cet artiste qui célèbre ses 40 années de carrière. Une exposition de photographies, discographie et articles de presse sur la vie et l’œuvre de Ouazib a été organisée au hall de la maison de la culture durant toute la journée du 12 mai 2018. La salle de spectacle de la même institution a abrité également, dans l’après-midi de la même journée, une cérémonie conviviale où des amis, des artistes et sa famille lui ont rendu un hommage à la hauteur de la grandeur du chanteur. Par contre, les deux journées du 13 et 14 mai 2018, ont été réservées exclusivement au passage des candidats devant le jury de cette 10ème édition du concours national de la chanson amazighe, composé de Item Ali, Hoceini Djamel et Hocine Moula. Selon Mr Item, «les candidats sont d’un niveau assez élevé. Il n’est pas aisé de faire la part des choses. Mais nos critères universels d’évaluation et notre expérience nous permettent de voir plus clair sur les compétences des uns et des autres. Ce genre d’évaluation a une crédibilité. D’ailleurs, les anciens lauréats de ce concours l’ont confirmé à l’école d’Alhan Wa Chabab à l’instar de Celia Ould Mohand, Arezki Ouali et cette année, le jeune Bilel». Après une concurrence des plus rudes entre les candidats, qui ont concouru en groupe, en duo ou en individuel, à l’image du groupe Azday de Béjaïa, de Bouira, de Ghardaia et de Batna. Ainsi que des participations en individuel, à l’instar de Sofiane Ait Menguellet, Ait Amer Abdelhak, Chekai Tiziri et en duo les frères Selib. Le choix du jury s’est porté sur le groupe Azday de Béjaïa en troisième place, groupe chaoui Youba en deuxième position, alors que le sommet du podium est décerné à Chekai Tiziri, une voix prometteuse et une relève assurée selon les membres du jury et le chanteur Ouazib, qui lui a prodigué, d’ailleurs, quelques conseils et orientations. Le professeur de musique et néanmoins membre du jury, Djamel Hoceini, dira : «L’Edition de cette année se caractérise par des performances vocales exceptionnelles, des formations musicales homogènes, de belles reprises du chant Amazigh issu du terroir ont pris le dessus sur la créativité. Les participants finalistes observent des potentialités et des niveaux rapprochés. L’esprit de compétition est toujours présent sur scène, ce qui a rendu la tâche difficile pour le jury. L’occasion a permis aux participants (artistes amateurs et non professionnels) souhaitant développer ou affirmer leur passage sur scène, en solo ou en formation, voire, initier une carrière professionnelle, de se produire sur scène devant un public et face à un Jury professionnel composé d’un spécialiste de la musique à savoir professeur de solfège, d’un meneur d’ensembles vocaux, d’un poète confirmé, et d’un artiste. Pour sa part, Hocine Moula dira : «La feuille de notation du jury se base essentiellement sur les performances vocales (émission, articulation, justesse, intonation), le rythme, la synchronisation, l’expressivité et imprégnation du chant, afin de respecter l’éthique du spectacle et de la scène. La discipline et le charisme de l’interprète sont pris en considération durant la prestation».
Farida Elharani


Tiziri Chekai, lauréate du concours
«Je suis très contente. Je remercie l’association Tarwa n Gaya qui m’a donné cette chance. J’espère me frayer une voie dans ce domaine».

Groupe Yuba des Aures, 2ème prix
«Azul des Aures pour les gens de Tizi Ouzou. Très content d’être parmi vous. Je remercie les organisateurs de cette occasion, une occasion qui permettra à coup sûr la promotion de tamazight».

Groupe Azday de Béjaïa, 3ème prix
«Un honneur pour nous de participer surtout à l’hommage du chanteur Ouazib Med Ameziane. Pour le concours, cela était une très bonne expérience pour nous et la troisième place ne sera qu’un adjuvant pour notre carrière».

Bilal Mohri, prix du jury d’Alhan Wa Chabab 2018
«J’espère que la lauréate de cette 10ème édition en l’occurrence Tiziri Chekai aura le même parcours que les précédents, Celia Ould Mohand et Arezki Ouali. Je remercie l’association Tarwa n Gaya qui accompagne les lauréats même après le concours».
Propos recueillis par F. E.

0