Par DDK | 6 Juin 2018 | 748 lecture(s)

DRAA BEN KHEDDA Soirées ramadhanesques théâtrales

La cigale et la fourmi indémodable

La salle de cinéma Le Hoggar de Draâ Ben Khedda était, avant-hier, pour la deuxième soirée de ce mois de Ramadhan, pleine d’enfants, venus nombreux voir «La cigale et la fourmi». Une pièce conçue par le théâtre régional Kateb Yacine de Tizi-Ouzou, en collaboration avec l’APC et l’association L’étoile filante de Draâ Ben Khedda. «Cette pièce est toujours très demandée par les enfants et les parents. C’est la deuxième fois qu’elle est programmée en ce mois de Ramadhan. Cette salle fut fermée pendant un long moment, mais elle a enfin rouvert ses portes et nous avons pu programmer trois spectacles pour enfants et deux pour adultes», dira Saïd Kouba, président de l’association L’étoile filante. Sur scène, on se croirait dans une forêt, avec un décor des plus réalistes : arbres, fleurs, cabane, roches… C’est dans ce milieu verdoyant que trois comédiens évoluent : Dihia Ghemouri dans le rôle de fourmi mère, Dihia Bélarbia dans celui de la fourmi fille et le rôle de la cigale est assuré par Saïd Kouba. A la levée du rideau, la cigale, toute joyeuse, s’adonne à des tours de chants sur scène et parmi les enfants. La fourmi fille arrive traînant difficilement des grains et autres aliments pour la saison d’hiver. La cigale tente de pousser la fourmi fille de désobéir à sa mère et de s’amuser... Un dialogue est engagé entre la fourmi mère et la cigale : «Va travailler pour subvenir à tes besoins !» - «Je n’ai pas besoin de travailler. Je chante pour égayer les autres. C’est aussi un travail »… Les tableaux sont entrecoupés de chansons qui émerveillent les enfants… «L’adaptation à partir de la fable de La Fontaine est faite par Saïd Kouba et la scénographie et les costumes sont de Samir Bouzourène , un artiste-peintre. Elle date de 2015», nous expliquera notre interlocuteur.
M A Tadjer

0