Par DDK | 9 Juin 2018 | 961 lecture(s)

Mekla

Hacid Khider, un artiste qui a besoin de votre solidarité

Hacid Khider est un artiste âgé de 43 ans, marié et père de trois enfants en bas âge, résidant à Souama Centre, daïra de Mekla, wilaya de Tizi-Ouzou. Il est atteint «d’une tumeur médullaire thyroïdien réfractaire multimétastatique». Ce type de maladie ne peut pas être traité par la chimiothérapie classique et nécessite un traitement par thérapie ciblée type Vandétanib. Ce traitement, inexistant en Algérie, coûte 4 850 euros par mois (30 comprimés à raison d’un comprimé par jour). Soit un coût approximatif d’un million de dinars algériens par mois pour un traitement qui s’étalera sur au moins huit mois. Le patient doit donc réunir la somme de huit millions de dinars (800 millions de centimes). Une somme bien au-delà de ses moyens et de ceux de sa famille ! A cet effet, un appel est lancé à toutes les âmes charitables pour aider ce jeune malade à réunir la somme nécessaire pour l’acquisition de ce traitement dont sa vie dépend. Un compte CCP est ouvert sous le numéro 7648445clé76 au nom de l’association culturelle Issegh. Hacid Khider n’a pu aller loin dans son parcours scolaire. Il s’est, par contre, totalement consacré à ce qu’il aimait le plus ; la culture et l’identité berbères. Cet autodidacte a embrassé dès son jeune âge le théâtre et le mouvement culturel et associatif. Membre fondateur de l’association «Issegh» en 1993, connue à l’échelle de la wilaya pour ses activités et son apport indéniable sur les deux plans ; culturel et social, il s’est initié, avec ses compagnons, au théâtre. Sa première expérience en tant que comédien fut à l’occasion de Yennayer de l’année 1995. Deux ans après, au terme de son service national, il a enchainé avec plusieurs pièces théâtrales auxquelles il a participé, soit en tant que comédien ou encadreur. Hacid Khider se lancera, quelques années plus tard, dans la réalisation et la mise en scène. Sa première pièce théâtrale «Igedran Yidem Al Dzair», avec laquelle il a fait une tournée nationale, a connu un grand succès. Hacid Khider est aussi un grand amateur du cinéma. A son actif, un feuilleton de 14 parties qu’il n’a malheureusement pas pu vendre, et un film long métrage «Gar Layas Dussirem», avec lequel il participa au festival d’Azeffoun. En 2017, malade, il n’a pu concrétiser le projet d’un nouveau film pour lequel il avait toutes les autorisations. Khider Hacid est aussi un photographe professionnel qui a exercé ce métier des années durant. Inspiré par le combat identitaire mené par Matoub, Khider Hacid a pris les rênes de la fondation Matoub Lounes au niveau local. Il a dédié au rebelle un livre qu’il n’a pu éditer jusque-là. En grand amoureux de la poésie, Khider Hacid a aussi à son actif un recueil de poésie.

Kamela H.

0