Par DDK | 14 Juin 2018 | 1203 lecture(s)

BÉJAÏA - Le mois de Ramadhan tire sa révérence

Une dernière semaine riche en animation

Mohamed Allaoua, Akli D et d’autres chanteurs de renom se sont succédé sur différentes scènes de Béjaia durant cette dernière semaine de Ramadhan. Quant à Ali Amrane, il est attendu, ce soir, à la maison de la culture Taos Amrouche. A quelques jours de l’Aïd, les salles, les placettes publiques et même les stades font le plein, pour des galas animés par plusieurs artistes tant amateurs que professionnels. Au début de semaine, ce fut le ténor de la chanson kabyle spéciale-fêtes, Mohamed Allaoua, qui anima un gala au parc de loisirs de la coquette station balnéaire de Tichy. Dans la commune voisine d’Aokas, hier soir, le théâtre de verdure de la localité d’Ait Aissa a abrité une soirée artistique animée par la troupe chaouie Iwal, alors que pour ce soir, ce sera la localité de Mesbah qui s’éclatera avec la production d’une pléiade d’artistes locaux qui rendront un hommage particulier au regretté Matoub Lounes, à l’occasion du 20e anniversaire de son assassinat. À Amizour, un concert de solidarité au profit des enfants malades a été organisé, hier au soir, au stade municipal de la localité. Akli D a été la vedette principale qui a animé ce méga gala qui a attiré beaucoup de monde. Il y a eu, depuis le début de ce mois sacré, d’autres spectacles tant musicaux, humoristiques que théâtraux à travers les différentes contrées de la wilaya. Même si cela reste insuffisant, un programme varié d’animation a caractérisé les soirées du mois de Ramadhan au chef-lieu de wilaya. Le théâtre régional Abdelmalek Bouguermouh comme la maison de la culture Taos Amrouche ont accueilli, durant presque toutes les soirées, des centaines de familles et visiteurs, qui se sont déplacés des quatre coins de la wilaya, pour être bercés par du chaâbi, andalous, haouzi et kabyle ou pour se délecter de différentes productions théâtrales. Néanmoins, et pour la majorité des citoyens, l’animation nocturne de ce mois de ramadhan s’est limitée à des parties de cartes entre amis ou au jeu de loto qui ne cesse de prendre de l’ampleur dans les villages.
A. Gana.

0