Par DDK | 26 Juin 2018 | 807 lecture(s)

Maâtkas

Le break dance, une discipline en difficulté

Le break dance, le hip-hop, dance apparue ces dernières années aux États-Unis d’Amérique et qui est aussi une discipline sportive, a connu beaucoup d’admirateurs en Algérie, notamment de la frange juvénile branchée sur tous les nouveaux albums et clips de ce quatrième art. En Kabylie, rares sont les clubs de break dance. Street Power Crew, du côté de Maâtkas, est le seul club en cette discipline dans la région. Ce groupe de jeunes, dont la volonté est de promouvoir le hip-hop à Tizi-Ouzou, et même ailleurs, est dirigé par Hamid Bebouchi. «On souffre de multiples manques au niveau de la maison de jeunes de Maâtkas. On a demandé aux responsables de nous octroyer les moyens d’assurer de bons entraînements, mais rien n’est fait. On est toujours exposés au danger, on a vécu des moments difficiles avec les blessures. C’est pour cette raison qu’on a plusieurs fois changé de salle. Maintenant, on se déplace jusqu’à Tigzirt et Boudjima, où il y a des salles dignes de ce nom», déclare le dirigeant. Cette équipe a déjà assuré plusieurs spectacles avec les activités culturelles, notamment à l’université. «On est vraiment ravis du spectacle qu’on a vu. J’encourage ces jeunes à continuer sur cette lancée. C’est une activité à mettre en valeur puisque son but est aussi de distraire le public, ce qu’ils ont vraiment réussi», dit un étudiant de Tamda, à l’occasion d’un spectacle organisé à ce pôle universitaire le mois dernier. Les jeunes de ce groupe représentant le hip-hop à Tizi-Ouzou espèrent un minimum d’attention de la part des responsables, ne serait-ce que pour l’aménagement de leur maison de jeunes, afin de leur permettre de pratiquer cette discipline qui séduit les jeunes. Le hip-hop est parmi les disciplines les plus populaires. De ce fait, les responsables concernés, notamment la DJS de Tizi-Ouzou, devraient lui accorder un peu d’intérêt, car elle ne peut que contribuer à canaliser les jeunes et les prémunir de toute dérive.
Djaffar Ouigra.

0