Par DDK | 18 Juillet 2018 | 1294 lecture(s)

Chabane Djouder, artiste peintre

«Le déclencheur de mon art c’est l’amour…»

Actuellement aux USA, l’artiste peintre Chabane Djouder parle de ses débuts dans la peinture, avant que cet art ne devienne une passion pour lui.

La Dépêche de Kabylie : Qui est Chabane Djouder en quelques mots ?
Chabane Djouder : Je suis un artiste peintre, né à Ath Douala, wilaya de Tizi Ouzou. Depuis mon enfance, j'ai toujours aimé m'exprimer avec la forme et la couleur. C'est ainsi qu'à l'âge de 20 ans, j'ai choisi d’exploiter mon talent aux écoles des beaux-arts

Racontez-nous vos débuts?
En fait, j'ai fait trois écoles régionales; celle d'Azazga, de Mostaganem et d'Oran. L'Amour de l'art est une chose qui circule dans mes veines, à telle enseigne que j'ai toujours aspiré à sa compréhension. Comme je viens de vous le dire, j'ai étudié 2 ans à l'école des beaux-arts de Mostaganem, 2 ans à Azazga, où j'ai obtenu mes deux diplômes d'études artistiques générales, et un autre, spécialité peinture. Quant à celle d'Oran, j'y ai étudié la restauration et la conservation des biens culturels. L'école des beaux-arts n'est donc qu'une occasion de classifier tout ce qu'on a déjà comme sensation ou imagination.

Y a-t-il eu quelque chose qui a déclenché votre passion ?
Le plus grand déclencheur de mon art c'est l'amour. L'amour et cette sensation mystique qui rend toutes les choses belles. Puis viennent les mots, la musique, la nature, la lumière, la femme et j'en passe.

Êtes-vous dessinateur ou peintre?
Pour le moment, je peins et je dessine à la fois. Pour ma profonde préférence, il est vrai que j'aime le dessin, mais beaucoup plus la peinture.

Estimez-vous qu'on ait mis à votre disposition les moyens nécessaires à la réussite ?
En somme, les autorités nous donnent l'opportunité de participer à des expositions collectives dans différentes régions du pays, lors des activités culturelles, notamment. Cependant, bien que le domaine de l'art soit compliqué même dans les pays avancés, je pense qu'en Algérie, on manque surtout d'organisation et d'autres choses, comme la mise en valeur morale et financière.

Avez-vous la carte d'artiste ?
Oui, j'ai la carte d'artiste mais je ne sais pas quoi en faire.

Quelle est votre idole
dans le monde des couleurs ?
Elles sont nombreuses. J'aime des peintres connus comme Van Gogh, Paul Cézanne, Rembrandt, Issiakhem, Kim English, Scott Burdick.

Parlez- nous des expositions que vous avez déjà faites jusque-là ?
J'ai fait plusieurs expositions en Algérie dans différentes régions, collectives ou en solo, dans des maisons de la culture, ou à l'occasion des participations à des activités artistiques. Comme j'ai fait l'international, avec une exposition en Azerbaïdjan en 2013. Aux USA également, où je vis actuellement, j'ai déjà exposé dans plusieurs départements.
Entretien réalisé par M. K.

0