Par DDK | 26 Juillet 2018 | 1438 lecture(s)

Montréal

Vibrant hommage à Kaysa Khalifi

Le cercle littéraire de Montréal, mis sur pied par une partie de la communauté kabyle établie au Canada, a tenu, dimanche 22 juillet, à rendre hommage à l’écrivaine Kaysa Khalifi. Des écrivains, des poètes, des journalistes et des militants associatifs, se sont tous donné rendez-vous pour la soirée de dimanche dernier en vue de rendre un vibrant hommage à cette jeune écrivaine et journaliste, qui s'était tracé un bon chemin dans le champ littéraire, grâce, notamment, à sa plume et son style d'expression. Parmi les présents à cet hommage, il y avait ceux qui ont préparé des textes de la défunte à lire, d'autres, des poèmes qu'ils ont déclamés à la mémoire de Kaysa. Avant d'entamer le programme, l'un des initiateurs de cet événement a rappelé que la rencontre de ce 22 juillet était prévue initialement en hommage au dramaturge Mohya, mais après ce qui s'est passé ce 25 juin, il est décidé à l’unanimité de reporter le premier rendez-vous afin de rendre hommage à Kaysa. L’émotion était à son comble lorsqu’on a fait passer le témoignage audio de son frère Mhenni, et les textes de deux poètes, dont celui de l’amie intime de Kaysa, la poétesse Lilya Sadi, avant de procéder à la lecture des textes de Kaysa Khalifi et de quelques poèmes lui rendant hommage. A la lecture de chaque texte ou poème, une grande émotion envahissait l’espace et les visages affichent une tristesse à couper le souffle, plongeant la salle dans un silence émouvant. A l’issue de la séance de prise de parole, on laissa place au débat. Cette entrevue à la mémoire de la jeune écrivaine a été une occasion de débattre de son œuvre, notamment son dernier roman publié en 2017, intitulé Iḥulfan (ressentiments). Feue Kaysa Khalifi, en plus d'être écrivaine, était également journaliste ayant été notamment parmi les animateurs du supplément hebdomadaire en tamaziɣt de la Dépêche de Kabylie. Elle nous a quittés le 25 juin dernier, à l'âge de 27 ans.

M. K.

0