Par DDK | 26 Aout 2018 | 1193 lecture(s)

Irdjen

Merzouk Mazari honoré

Le comité de village Ath Yakoub, relevant de la localité d’Irdjen, dans la daïra de Larbaâ Nath Irathen, a rendu, mardi dernier, un vibrant hommage à Merzouk Mazari, chanteur compositeur qui a vu le jour dans cette paisible localité.

Pour cet hommage, les organisateurs avaient concocté un programme digne de ce nom. Pour l’ouverture, une allocution de bienvenue a été prononcée par le président du comité du village organisateur, suivie d’un récital poétique et d’un sketch présenté par la troupe Lewhama. En fin de soirée, un gala artistique a été organisé. Les Moh Smaïl, Rabah Ouferhat, Malik Kezoui et Djamila Kerdj étaient tous là. S’en suivra une surprise de taille : le chanteur Merzouk Mazari s’est produit, lui qui n’a pas mis les pieds sur scène depuis 26 ans. La surprise fut donc totale pour le public. A noter que Merzouk Mazari est né le 24 mai 1951 à Ath Yakoub, dans la commune d’Irdjen. Il a suivi sa scolarité à l’école Esplanade, sise à Tizi-Ouzou, puis à Boukhalfa avant de rejoindre Alger 2 ans après la fin de la guerre, soit en 1964. Influencé par les grands piliers de la chanson kabyle tels que Slimane Azem, Taleb Rabah, Zerrouki Alloua, Cherifa et Cheikh El Hasnaoui, Mazari a commencé à chanter très tôt. En 1976, il enregistra son premier 45 Tours sous le titre «Ayen Ayen». Un produit qui l’a fait découvrir à cette époque. Il enchaîna en enregistrant sa première cassette en 1977, aux Editions Ouaziz. Mais celle qui a connu un grand succès est sans doute «Dirith rray-iw», enregistrée en 1985. Bien que sa carrière soit marquée par une longue absence, pour des raisons qui lui sont propres, Merzouk Mazari a écrit pour plusieurs chanteurs kabyles.

Youcef Ziad.

0