Par DDK | 14 Décembre 2006 | 2098 lecture(s)

Une belle façon de revisiter l’Histoire

Acteur inspiré, Moussa Lebkiri continue ses différentes quêtes artistiques entamées en 1976 avec la création du théâtre Nedjma en France.

C’est au théâtre du Lavoir moderne, dans le 18ème arrondissement de Paris, que Moussa Lebkiri présentera ce 16 décembre, à 14 heures, ses Mahbouleries. Une façon pour lui de revisiter l’Histoire de la société à travers des contes. Mais ce ne sont pas des contes à dormir debout. C’est donc un spectacle engagé, dérangeant pour soutenir la Cimade. L’entrée est gratuite à ce spectacle qui vient juste après l’époustouflante interprétation de Moussa Lebkiri dans Le Jardin des roses et de soupirs au théâtre du Lucernaire. Pour rappel, Le Jardin des roses et des soupirs est une œuvre de contes épicés, coquins qui font voyager le spectateur dans un monde oriental plein de charmes.

Né en 1952 à Beni-Chebana, dans cette région kabyle de la wilaya de Sétif, Moussa Lebkiri est aussi écrivain et metteur en scène. Depuis de longues années, il n’arrête pas de sillonner la France et d’autres pays pour participer à des festivals (comme celui d’Avignon) et exprimer ses idées. Il est l’auteur de plusieurs livres tels Il parlait à son balai, Le Voleur du roi, Règlement de conte, Seulitude, ou encore Une étoile dans l’œil de mon frère (parus aux éditions l’Harmattan à Paris). "J’ai toujours rêvé d’être comédien… J’aurais aimé devenir comédien. Comme Moussa. Je l’ai rencontré pour la première fois en janvier dernier, à l’aéroport de Madrid. Nous étions invités pour une semaine par l’Institut Français. Une poignée de mains, quelques regards furtifs, deux ou trois mots simples, en somme une complicité sans commentaire… Dans le monde cruel qui nous serre de plus en plus, il faut faire de la place aux conteurs et aux poètes", dit de lui Azouz Begag. Un bel hommage. La presse française aussi ne tarit pas d’éloges sur cet artiste de valeur.

On peut consulter ces appréciations sur son site Internet : www.lebkiri.com. "Moussa fait partie d’une jeune génération de créateurs algériens qui font honneur à leur territoire d’origine (…). Il est l’orpailleur des mots, le chercheur azimutal de la langue française et le chantre du parler à la manière de nul autre pareil. Les mots, il les traque et les poursuit, il les dévide, les déplace sur un tapis volant ou roulant", estime, quant à lui, l’écrivain Malek Chebel.

Farid Ait Mansour

0