Par DDK | 13 Novembre 2017 | 1744 lecture(s)

DR HAMID CHACHOUA, tête de la liste du FFS à l’APW

«Notre démarche est socialiste»

Docteur en économie et enseignant-chercheur à l’université de Boumerdès, M. Hamid Chachoua est le candidat tête de la liste du FFS pour l’APW de Bouira. Il revient dans cet entretien sur les principaux axes de son programme électoral.

La Dépêche de Kabylie : Comment le FFS de Bouira évalue la prestation de ses élus au niveau de l’APW sortante ?
Dr Hamid Chachoua : Avant de parler sur l’évaluation du mandat FFS, j’aimerais parler de l’assemblée en général, dont le rôle est restreint et réduit à l’administratif. Loin de toute vision stratégique et globale de la wilaya et même du contrôle et suivi des différents projets, le pouvoir en place a centralisé les décisions à son niveau et, en même temps, décentralisé l’anarchie et la misère. Avant de parler de la gestion participative de la société civile au niveau des assemblées élues, il faut tout d’abord donner aux élus l’autonomie et la liberté d’agir, pour une meilleure prise en charge du développement de leurs régions et la valorisation des ressources locales. Le FFS a toujours appelé à une décentralisation et à une participation active de la société civile dans la gestion locale. Nous militons pour une démocratie participative où l’individu est au centre de la réflexion stratégique locale, dans un processus démocratique consensuel. Nous considérons les assemblées locales comme des entités de création de richesses et non comme des entités administratives ou de distribution de richesses. Pour le FFS il est grand temps de changer la vision du haut en bas, pour une prise en charge efficace de la localité. La gestion catastrophique de nos gouvernements, depuis l’indépendance, nous a menés à une crise multidimensionnelle et, de ce fait, une solidarité locale est plus qu’importante pour une meilleure cohésion nationale. Et c’est en effet notre slogan en cette compagne électorale «Solidarité locale, Consensus national». Notre wilaya a des potentialités énormes, mais elle manque hélas de valorisation, faute notamment d’une organisation sectorielle plus efficace. La future APW devra donc se doter d’une entité de réflexion stratégique. Elle sera constituée d’experts et des représentants d’acteurs économiques et de la société civile. Il s’agit pour nous d’une démocratie et d’une véritable gestion participative. Bien entendu, il ne faut jamais oublier l’apport des compétences et investisseurs algériens installés à l’étranger, la majorité d’entre ayant été obligés de partir, suite aux déceptions répétées dans leur pays. Il est grand temps de les impliquer et de les encourager à prendre part au développement local. Pour en revenir au bilan du mandat des élus du FFS à l’APW de Bouira, je le trouve très positif. Ils ont servi les citoyens de la wilaya autant qu’ils le pouvaient et essayé de trouver des solutions à leurs doléances. Notre présence au sein des assemblées a un double objectif : rétablir les droits bafoués des citoyens et transmettre les valeurs nobles du FFS telles que la solidarité, la justice sociale, la bonne gouvernance, l’honnêteté et la transparence. Ce sont des valeurs héritées de notre symbole, de notre président spirituel feu Hocine Aït Ahmed.

Vous pensez que le FFS a une chance de remporter la nouvelle APW et des APC ?
Je dirais que c’est une chance pour les citoyens de Bouira, s’ils veulent un changement, une nouvelle ère de gestion scientifique et participative des affaires de leur wilaya et des communes. J’appelle donc les citoyens à adhérer à notre projet et à voter pour la liste de l’espoir, constituée de braves hommes et femmes instruits, expérimentés et honnêtes. Nos chances sont indéniables, pour plusieurs raisons : Il y a d’abord la conscience collective des citoyens et leur volonté d’un changement, plus le fait que notre démarche est basée sur une vision politique et économique. Nous sommes aussi présents dans 27 communes de la wilaya, ce qui est une avancée considérable par rapport à 2012.

Quels sont les principaux axes de votre programme ?
Notre programme est riche et diversifié. Il s’agit d’une stratégie de développement locale, régionale et même nationale. Notre programme s’inspire du principe de développement solidaire et d’une complémentarité entre les différents secteurs locaux et nationaux. Nous nous basons d’abord sur la ressource humaine, c’est la plus sûre, elle est créatrice de richesse, il faut la recenser, la valoriser et l’orienter. Nous n’oublions pas nos cadres résidant à l’étranger, qui attendent juste le feu vert pour participer au développement local de leur wilaya. Il faut aussi renforcer la compétence dans l’ensemble des domaines, notamment par la création de pôles d’excellence de formations spécialisées. Nous allons plaider pour la création d’une faculté de médecine, afin de renforcer nos hôpitaux par des spécialistes hautement qualifiés. Le deuxième volet porte sur l’agriculture, car notre wilaya est à vocation agricole par excellence. Notre démarche est la suivante : recenser toutes les terres agricoles de la wilaya, les régulariser, les classifier selon leur vocation et spécialité, pour ensuite les distribuer aux vrais agriculteurs, qui veulent travailler, et aux diplômés en agriculture avec un plan de travail et des objectifs fixés au préalable. Les bureaux d’expertise en agriculture sont indispensables dans cette démarche, notamment dans l’accompagnement technique des agriculteurs. L’accès aux financements par des prêts sans intérêt est aussi important. Nous allons aider les associations agricoles sur le plan scientifique et sur le plan organisationnel, notamment par l’organisation de Journées d’études et séminaires spécialisés. Nous allons aussi militer pour l’élargissement des périmètres irrigués de la wilaya, afin de toucher l’ensemble des terrains agricoles. Pour une meilleure commercialisation des produits agricoles locaux, nous proposons la création une plate-forme logistique qui sera dédiée à l’export des produits agricoles avec l’installation des unités de packaging et de transformation des produits agricoles. Nous proposons aussi la création de plusieurs marchés de gros pour les produits agricoles et ces futures structures doivent être dotées d’une gestion moderne et d’un système d’information lié à d’autres marchés de gros à l’échelle nationale. Le but de ce projet est d’éradiquer le monopole et la spéculation. Le troisième volet est celui de l’industrie, les élus du FFS insisteront pour la réalisation d’une étude, afin de déceler les spécificités de chaque région et son avantage comparatif concernant les ressources naturelles et humaines, en plus de la situation géographique de chaque région. L’objectif de cette étude est de faire un bon ciblage de la nature de l’investissement à chaque région et dans ce cas-là je propose de créer des zones industrielles spécialisées à chaque région, selon ses spécificités et avantages comparatifs. Ces zones industrielles spécialisées doivent être dotées des guichets uniques pour faciliter l’investissement et une réglementation fiscale souple, pour attirer les investisseurs locaux, nationaux et surtout internationaux. Dans ce cas-là, on propose de créer une plateforme logistique de groupage à l’exportation. Ce sera une première en Algérie. Le quatrième volet est celui du tourisme qui est l’une des alternatives importantes pour la relance de l’économie, car notre wilaya à des potentialités naturelles énormes. Il faudrait juste les recenser et les valoriser. Il faut aussi régulariser le foncier touristique et le classifier selon la nature des services touristiques. A ne pas oublier, surtout, la création d’écoles spécialisées, pour la formation dans ce domaine. Pour le domaine de la santé, nous proposons en plus de la création d’une faculté de médecine, la transformation de l’hôpital du chef-lieu de la wilaya en CHU, ainsi que le renforcement des effectifs exerçant au niveau des structures de santé existantes, particulièrement au niveau des zones éloignées ou rurales. Nous avons aussi d’autres propositions pour le secteur de la jeunesse et des sports, pour le mouvement associatif et les secteurs des travaux publics (routes, bâtiments, logements…).

Comment envisagez-vous la relation entre les élus du FFS et les autorités de la wilaya ?
Notre démarche est progressiste et socialiste. Nous allons défendre, jusqu'au bout, notre projet économique et social et les acquis sociaux des citoyens. Nous élus seront à l’écoute des doléances citoyennes. Des préoccupations que nous allons plaider auprès des responsables concernés, mais aussi et surtout aider à solutionner. Notre souhait est donc d’obtenir la majorité des sièges pour pouvoir offrir une nouvelle ère de gestion et de vision à notre chère wilaya.

Beaucoup de dissensions et de conflits ont éclaté juste après la confection des listes du FFS à Bouira, avez-vous pu dépasser ces problèmes internes ?
Il est vrai que nous avons enregistré beaucoup de mécontentements, notamment de la part de nos cadres politiques internes, avant le début de la campagne. Je dirai que ces clivages ont partie du passé désormais et c’est toute la base militante du FFS à Bouira qui s’implique activement dans la campagne, ceci en plus de nos sympathisants qui se sont aussi mobilisés pour réussir notre campagne. Vous avez certainement pu le constater par vous-même, le mot d’ordre pour faire réussir le FFS est respecté par tous. Nos élus, cadres, militants et sympathisants s’impliquent avec beaucoup de dévouement, pour faire réussir les listes du FFS et transmettre notre projet.

Comment avez-vous organisé la campagne électorale à travers la wilaya ?
Nous avons choisi, pour commencer notre campagne, de multipliant les sorties de proximité, particulièrement à travers les zones reculées de la wilaya. Nous allons organiser un nombre important de meetings dès cette semaine. Je tiens néanmoins à souligner un nombre important de dépassements, commis par les représentants d’autres partis politiques, à l’image de l’affichage anarchique et du non-respect des programmations. L’exemple du meeting du responsable du FLN, Djamel Ould Abbès, tenu le 1er novembre dernier à Bouira, est flagrant, puisque ce meeting n’était pas programmé. La salle du théâtre régional a été réservée pour le FLN d’une manière illégale. Je profite de cette occasion pour faire appel à l’ensemble des candidats, les exhortant à respecter l’éthique politique et la concurrence loyale. Nous dénoncerons tout dépassement, en espérant que cette campagne sera une campagne propre et purement politique et que le meilleur gagne.

Entretien réalisé par Oussama Khitouche

0