Par Karima Talis | 26 Mai 2013 | 4048 lecture(s)

Mohand Amokrane Chérifi, Ali Laskri, Rachid Halet, Aziz Baloul et Saïda Ichallamene

Le quintet du FFS

Mohand Amokrane Chérifi, Ali Laskri, Rachid Halet, Aziz Baloul et Saida Ichallamene sont les cinq membres qui composeront le présidium du FFS.


Ces derniers ont été élus, à bulletins levés, avec une écrasante majorité, à l’occasion du 5e congrès du parti, qui s’est clôturé hier à Alger.  L’après Ait Ahmed a donc commencé, depuis hier, au sein du plus vieux parti de l’opposition. À défaut d’un seul successeur au Zaïm, lequel a été nommé à l’unanimité, vendredi, président d’honneur du FFS, on a opté pour une direction collégiale pour mener le bal de la formation politique. Il faut dire que cela était prévisible depuis quelques temps déjà. Le principe d’une direction collégiale a été, en effet, consommé, pour ainsi dire, avant la tenue de ce congrès qui n’a servi, en somme, qu’à valider la décision et à en élire la composante. Des noms avaient circulé et beaucoup d’encre et de salive avait coulé sur la composante humaine de cette nouvelle structure du FFS. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à l’exception, peut-être, de Saida Ichallamene, dont le nom ne revenait pas assez souvent dans les spéculations, cette composante n’a pas surpris plus d’un. Connus pour être des proches d’Aït Ahmed et des membres influents du parti, le quatuor : Mohand Amokrane Chérifi, Ali Laskri, Rachid Halet, Aziz Baloul était fortement attendu pour figurer dans le présidium. C’est donc sans surprise que celui-ci a été investi, hier. Pour ceux qui ne les connaissent pas, Mohand Amokrane Chérifi, qui était même pressenti pour succéder à Dda L’hocine à la tête du parti, n’est autre que l’ancien ministre du commerce, il est conseiller économique et  il a été président du comité d’éthique du parti. Aziz Baloul, lui, est député et secrétaire national chargé des relations internationales du parti. Ali Laskri est le premier secrétaire national sortant et, également, député, comme le sont aussi Rachid Halet et Saida Ichallamene.

Djeddaï, 1er secrétaire ?

Dans un premier temps, ce directoire qui prend l’appellation de l’instance présidentielle, selon les recommandations du 5e congrès, aura la tâche de nommer le premier secrétaire national du parti, qui sera désigné au sein du Conseil national. Ainsi, et contrairement à ce qui se disait auparavant, le premier secrétaire national ne fera pas partie des membres du présidium. Autrement dit, non seulement Ali Laskri ne sera plus 1er secrétaire national, mais aussi, aucun des quatre autres membres du présidium ne pourra prétendre à ce poste. Celui-ci sera puisé dans le Conseil national, et c’est le nom d’Ahmed Djeddaï qui revenait avec insistance au milieu des congressistes. Quoi qu’il en soit, le premier secrétaire sera installé pour une période de deux ans.  Quelle sera donc la relation entre le directoire et le 1er secrétaire ? C’est la question que doivent certainement se poser les observateurs. Et bien, selon des congressistes, les deux travailleront en étroite collaboration. « L’instance présidentielle désignera le premier secrétaire parmi les membres du Conseil national. Il se chargera de coordonner l’activité du secrétariat national et d’assurer le fonctionnement du parti », affirme un congressiste, ajoutant que ce même 1er secrétaire « représentera le parti devant toutes les institutions pendant l’exercice de ses fonctions ». Pour un autre congressiste, « le 1er secrétaire sera, en quelque sorte, le porte-parole du parti ». L’autre mission sur laquelle se penchera la direction dans les prochains jours, est celle relative au renouvellement du comité d’éthique, dont la mission est arrivée à terme avec la tenue de ce congrès. Notons que l’instance présidentielle aura un mandat de 5 années, soit jusqu’au prochain congrès.  Pour rappel, ce 5e congrès s’est ouvert jeudi à Alger. À l’ouverture des travaux, il a été procédé à la lecture du message de Hocine Aït Ahmed, à travers lequel il a réitéré sa décision de se retirer de la tête du FFS. Un parti qu’il a créé en 1963. Les travaux se sont poursuivis, hier, jusqu’en fin de journée. Il a été question de l’installation du Conseil national dont les membres sont élus à bulletins secrets.

Karima Talis

5.00