Par Tassadit. Ch. | 19 Aout 2013 | 5555 lecture(s)

Le coup d’envoi de la 4e édition de la manifestation a eu lieu hier

Aït Hichem renoue avec la fête du tapis

La 4e édition du festival local du tapis d'Aït Hichem, à Aïn El Hammam, a été lancée, hier, devant une assistance nombreuse.

L'ouverture en grande pompe de la manifestation a eu lieu au niveau de l’école primaire d’Aït Hichem. L’évènement a vu la présence des citoyens de la région, des responsables locaux, notamment le maire de la municipalité et d’autres nombreux représentants de la société civile. D'autres officiels ont également pris part au lancement de cette édition, à savoir le directeur de la Culture, M. Ould Ali L’hadi, le directeur du Tourisme, M. Rachid Ghardouchi et le président de l'assemblée populaire de wilaya, M. Haroun Hocine. Le festival qui se veut promoteur du produit local, a pour slogan « Promotion et développement du tapis ». À noter que pour cette 4e édition, seul le tapis de la région est mis en avant. Contrairement aux éditions précédentes où d'autres produits, à l'image de bijoux en argents, de la vannerie, de la poterie et autres, étaient également exposés au niveau des différents stands. Cette année, les espaces sont réservés exclusivement à la présentation des créations locales des tisseuses. En effet, 86 tisseuses, issues d'ateliers de tissages, en plus de sept autres exerçant à domicile, prennent part aux festivités dans le but de mettre en avant leurs produits variés au niveau des stands installés à cet effet. Lors des prises de parole ayant suivies le coup d'envoi de la manifestation, les différents intervenants ont tenu a mettre l’accent sur la nécessité de promouvoir l’activité de tissage et les problème que rencontrent les artisans. Ainsi, le directeur de la Culture, M. Ould Ali Lhadi a fait part de la « nécessité d’accompagner les femmes tisseuses dans leur métier ». Pour sa part, le directeur du Tourisme a, quand à lui, accentué son intervention sur la promotion de l'activité artisanale en générale au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou. À cet effet, le responsable a tenu à rappeler le projet de création de quatre centres de formations précédemment évoquée vendredi dernier lorsqu’il prenait part au lancement de la fête du bijou à Ath Yenni. Le premier au niveau de Djemaâ Saharidj et sera dédié à la vannerie. Le deuxième à Maâtkas pour la promotion de la poterie. Le troisième à Ath Yanni pour la formation d’artisans spécialisés dans la réalisation de bijoux en argent. Et le quatrième et dernier centre, sera implanté à Ath Hichem et sera spécialisé dans la formation de tapis. Des projets dont le but n'est autres que celui de sauvegarder ces métiers anciens en encourageant la relève. Le responsable, en citant la maison du tapis ouverte l'an dernier à l'occasion de la précédente édition du festival local du tapis, confirmera d'ailleurs, l’affluence remarquée des jeunes femmes de la région. Pour sa part, le P/APW a parlé du soutient que compte apporter l'assemblée aux femmes tisseuses. Une prise en charge dans le but de trouver des marchés aux produits réalisés, que ce soit au niveau local ou au niveau national. L’un des organisateurs s'est exprimé sur l'objectif qui vise « à rehausser la valeur du tapis témoignant du génie de nos femmes ». Il signalera aussi « l’importance de ce festival dans la promotion du produit, aussi par les retombées commerciales et touristiques qu’il engendre pour la région ». Il est à noter qu'en plus des expositions, d'autres activités artistiques sont prévues durant toute la période du festival qui s’étalera jusqu’au 22 de ce mois en cours. Ainsi, la première soirée de ce festival devait être animée, hier, par le chanteur Lani Rabah.

Tassadit. Ch.

0