Par A. Gana | 11 Février 2014 | 7091 lecture(s)

Béjaïa : Le secrétaire général du ministère des Travaux Publics, avant-hier, dans la wilaya

“Le projet de la pénétrante aboutira”

Arrivé en fin de matinée à Allaghan, où il était attendu par le wali, le représentant du gouvernement fera une première halte à la base de vie de la société chinoise, CRCC, chargée, en collaboration avec la société algérienne SAPTA, de la réalisation du projet.

«L’important projet de la pénétrante autoroutière est confronté à l’opposition de certains propriétaires terriens. Comme tout projet structurant, il a ses contraintes mais il aboutira. Aujourd’hui, les groupes étrangers y travaillent, en collaboration avec des techniciens algériens. Quant à la revendication citoyenne, relative à la révision de l’indemnisation, elle sera satisfaite. La récente réunion tenue à la direction générale des domaines donnera ses fruits dans les tout prochains jours». C’est en ces termes que conclura Kamel Eddine Belatreche, secrétaire général du ministère des Travaux publics, sa visite de contrôle, avant-hier à Béjaïa, du chantier de réalisation de la pénétrante autoroutière devant relier le port de celle-ci à l’autoroute Est-ouest et à Ahnif (Bouira), sur une distance d’une centaine de kilomètres. Arrivé en fin de matinée à Allaghan, où il était attendu par le wali, le représentant du gouvernement fera une première halte à la base de vie de la société chinoise, CRCC, chargée, en collaboration avec la société algérienne SAPTA, de la réalisation du projet. Des explications chiffrées lui y seront données. Sur les 85 kilomètres à réaliser sur le territoire de la wilaya de Béjaïa, 33 ont été libérés et le chantier est au stade des études et des terrassements. 16 communes sont touchées par ce projet et 7dossiers ont été transmis au trésor pour payement. Un dossier attend sa correction financière par les domaines, un autre attend son arrêté d’expropriation et cinq sont en cours d’évaluation par les services domaniaux. Quant aux 4 autres, relevant des communes de Béjaïa, Sidi Ayad, Sidi Aïch et El Flaye, ils sont en phase d’étude chez les experts.  Le plan de localisation des contraintes  présenté au secrétaire général du ministère a été commenté par ce dernier. Il exigera que les efforts soient redoublés et que tous les services travaillent en coordination pour aboutir au même objectif, à savoir, la réalisation dans les délais de ce projet tant attendu par la population locale. Consistant en la réalisation d’une centaine de kilomètres linéaires d’autoroute et d’une trentaine de kilomètres de routes secondaires et rampes d’échangeurs, ce projet sera également doté de 39 dalots, 48 ouvrages d’art, 13 viaducs, 7 échangeurs, 3 aires de service et un tunnel à Sidi Aïch. Celui-ci sera long de 1 260 mètres, et M. Kamel Eddine Belatreche exigera pour lui la création d’une galerie pour y travailler sur deux fronts d’autant plus que ce tunnel, au même titre que les zones inondables, est à considérer comme un chemin critique qu’il faut prioriser dans le projet, afin d’éviter les retards traditionnels. Au chantier de Sidi Ayad, l’hôte de Béjaïa sera interpellé par les propriétaires terriens qui ont demandé quelques explications relatives à leurs expropriations et indemnisations. Profitant de cette intervention citoyenne,  ce dernier demandera au directeur des travaux publics de tenir des réunions avec tous les propriétaires terriens concernés par le tracé, afin de leur donner le maximum d’informations et les rassurer. Toutefois, il tiendra à souligner que l’APW, par le biais de sa résolution, et le wali, par le nombre de requêtes introduites auprès des différents ministères, ont joué pleinement leur rôle de défenseurs des propriétaires terriens. Il dira que c’est d’ailleurs grâce à cela que les indemnisations ont été revues à la hausse. Constatant des insuffisances humaines et l’absence de bases de chantiers, lors de son passage à la base de vie et laboratoires chinois de Smaoun, le représentant du gouvernement exigera que tous les services concernés par le projet s’y installent avec leurs ouvriers et matériels, d’autant plus que le projet a été conclu de gré à gré, et ne peut, par conséquent, souffrir d’aucune ambiguïté. Après sa dernière halte au chantier de réalisation de l’échangeur des quatre chemins où il exigera que le travail se fasse de jour comme de nuit pour l’achever dans les délais, Kamel Eddine Belatreche tiendra une séance de travail, en début de soirée, dans les bureaux de la société chinoise, CRCC, situés à proximité de ce chantier. Là, il prendra connaissance des doléances des intervenants dans le projet de la pénétrante autoroutière. Il rassurera la société chinoise quant aux difficultés rencontrées dans l’acheminement de leurs engins, à partir de la Chine. Il les informera que suite aux instructions du Premier ministre, leur matériel sera désormais acheminé via le couloir vert de l’aéroport d’Alger. Il exigera, en outre, du bureau d’études BCS de s’installer pour éviter de travailler à distance et du groupe de travail de présenter un planning des dossiers d’exécution. Il n’achèvera pas sa mission de travail sans rappeler aux uns et aux autres que, lors de sa prochaine visite, prévue dans 15 jours, il s’enquerra du taux d’avancement du projet et de l’application de ses orientations sur le terrain, puis prendra les décisions qui s’imposeront.

A. Gana

0