Par DDK | 20 Avril 2017 | 964 lecture(s)

Khaled Guermah évoque son fils Massinissa

«Un devoir de mémoire»

À l’occasion du double anniversaire du Printemps berbère de 1980 et du Printemps noir de 2001, le village Agueni Arous, daïra d’Ath-Douala, s’est remémoré, avant-hier, son fils, Guermah Massinissa, ainsi que les autres martyrs de la cause berbère et de la démocratie en Algérie. Une gerbe de fleurs a été déposée à l’occasion sur la tombe du défunt en présence, entre autres, des anciens délégués des aârouch, des parents des victimes. «Cette commémoration est un devoir de mémoire, un signe de reconnaissance aux sacrifices des valeureux martyrs et aux engagements des militants dévoués à notre noble cause», dira Guermah Khaled, le père de Massinissa. «Je suis très content de l’officialisation de tamazight et de la reconnaissance des martyrs par l’État algérien. Les sacrifices de nos enfants ne sont pas vains, c’est un acquis pour nous. À présent, c’est au tour des spécialistes, scientifiques, académiciens de s’assoir autour d’une table pour redonner à tamazight la place qu’elle mérite pour honorer davantage le sacrifice de ces jeunes», a-t-il ajouté.

K. H.

0