Par DDK | 20 Avril 2017 | 1742 lecture(s)

Printemps berbère - Ould Ali attendu aujourd’hui à Tizi-Ouzou

L’État s’implique dans la commémoration

La double commémoration du Printemps berbère de 1980 et du Printemps noir de 2001 prend cette année une dimension officielle après l’implication des institutions de l’État dans l’organisation des différentes manifestations et festivités.

Mieux, un ministre de la république, El Hadi Ould Ali, ministre de la jeunesse et des sports, est attendu à Tizi-Ouzou pour présider des cérémonies festives qui entrent dans le cadre de cette célébration.

Après l’officialisation de la langue amazighe l’année dernière, après une longue lutte et des sacrifices, allant du printemps berbère d’Avril 80, passant par la grève dite du cartable en 1994, arrivant au printemps noir de 2001, durant lequel 126 jeunes ont trouvé la mort, l’État Algérien, désormais, enterre une page de l’histoire caractérisée par le déni identitaire pour ouvrir une nouvelle page de la réhabilitation de l’histoire.

À commencer par la célébration de Yennayer d’une manière officielle à travers les 48 wilayas, puis encore le centenaire de l’illustre Mouloud Mammeri, fêté d’une manière grandiose, en organisant plusieurs conférences et événements pour marquer l’événement.

D’ailleurs, pour cette occasion-là, les autorités ont instruit pour assurer un cours, sur le personnage et son apport à la culture berbère et algérienne en général ainsi que pour le combat démocratique, à travers les établissements d’éducation dans les 48 wilayas.

Toujours dans la même optique, le président de la république Abdelaziz Bouteflika a décerné dernièrement à titre posthume la médaille de l’ordre de mérite nationale, du rang Achir, à ce grand écrivain, anthropologue et linguiste algérien.

À Tizi-Ouzou aussi, les différentes festivités du 20 Avril sont chapeautées par les autorités locales. D’ailleurs, le Wali en personne a donné le coup d’envoi des festivités depuis Azeffoun, le 16 avril passé.

La direction de la jeunesse et des sports de la wilaya s’est impliquée vivement aussi dans la commémoration de ce double événement. Un programme très riche a été concocté pour l’occasion, à travers les différentes villes de la wilaya, intitulé «semaine culturelle d’expression amazighe». Il a débuté le 16 du mois en cours, et s’étalera jusqu’au 22.

La direction de la culture de son côté aussi, s’est mise dans le bain des festivités en organisant plusieurs activités, dont des conférences, des rencontre débats, à l’instar de celle prévue pour aujourd’hui «La recherche scientifique amazighe : promotion et défi» qui sera animée par Chemakh Saïd, enseignant à l’université de Tizi-Ouzou, Aziri Boudjemaa, cadre au HCA Halouane Hacene, enseignant à l’université de Tizi-Ouzou, Boucetta Rabah, journaliste.

Des projections de films sont aussi prévues, notamment celui de Ahmed Rachdi «Krim Belkacem», version amazighe. En outre, au théâtre Kateb Yacine, la pièce théâtrale «Aḥitus» est programmée. Pour ce qui est des expositions, autour de la chronologie des événements du printemps amazigh, le patrimoine culturel, présentation des collections de musées nationaux, arts traditionnels et arts plastiques.

Notons en particulier le mois du patrimoine et le Salon des potentialités patrimoniales de la wilaya de Tizi-Ouzou intitulé «Richesse et investissement», organisé par les différentes directions de l’Exécutif de la wilaya.

Kamela Haddoum.

5.00