Par DDK | 19 Juin 2017 | 630 lecture(s)

Point du jour

L’exposé gouvernemental à l’APN

Par S. Aït Hamouda

L’examen oral de Tebboun devant les députés, les anciens comme les nouveaux, aura lieu demain. Il n’en est attendu ni rejet, ni censure, ni fin de non recevoir pour une raison ou une autre ; ça passera comme une lettre à la poste. Le plan que présentera le chef du gouvernement s’articulera sur cinq points : la promotion de la démocratie et de l’Etat de droit et le renforcement de la bonne gouvernance et le développement social et économique du pays. Rien de bien nouveau, mais il va y avoir du pain sur la planche dans l’activité gouvernementale, de prime abord la modernisation des finances publiques et des banques, le raffermissement de l’Etat de droit et la promotion de l’investissement et la valorisation des richesses du pays. Il va sans dire que l’exécutif aura fort à faire pour réaliser son plan d’action, entièrement ou en partie. Parce que l’austérité, il faut bien en parler, exige une gestion parcimonieuse et rationnelle des ressources, qu’elles soient financières, humaines ou énergétiques, minières et agricoles. Il serait, sans conteste, illusoire de croire que l’on peut gérer n’importe comment en situation d’urgence les affaires qui demandent des solutions, toutes entreprises cessantes, les doigts dans le nez. Il serait, non seulement exigé de tous, mais aussi des responsables, à quelques niveaux qu’ils se trouvent, de serrer la ceinture. Le programme le plus ambitieux est celui qui tient compte des possibilités avérées, tangibles et sûres du pays. Cela ne veut pas dire que le plan d’action du gouvernement est utopique, loin de là ! Mais il va falloir le mesurer à l’aune du faisable, du réalisable, sans risquer de se retrouver les caisses vides, et les réalisations prévues inachevées. Certes, celui qui veut aller loin ménage sa monture, en prévoyant l’amont, les ressources, et l’aval, ce qui les fournit. Ne soyons pas chiche en conjectures, et souhaitons de toutes nos forces aux propositions de l’exécutif, bon vent ! Toutefois gardons nous de trop tirer sur la corde, elle finira, tôt ou tard par céder.

S. A. H.

0