Par DDK | 19 Juin 2017 | 1984 lecture(s)

Bureaux de poste Versement des salaires et des pensions à la veille de l’Aïd

Le spectre des files d’attente !

à l’approche de l’Aïd el Fitr, le spectre des chaînes d’attente au niveau des bureaux de poste angoisse la population en quête de retraits d’argents.

Les citoyens appréhendent, en effet, que les guichets des bureaux de poste soient pris d’assaut durant les derniers jours de ce mois de Ramadhan qui coïncidera avec les virements des salaires et des pensions de retraites. Que ce soit au niveau des grandes villes ou dans les localités les plus reculées de la wilaya de Tizi-Ouzou, les citoyens ne cachent pas leur inquiétude, d’autant que le manque de liquidités s’est fait sentir ces derniers temps dans plusieurs bureaux de poste. Nombreux également sont les usagers qui se plaignent des récurrentes coupures d’internet lors des retraits dans les agences postales ou devant les distributeurs (DAB) qui sont souvent hors service. «Les soucis rencontrés pour juste retirer notre argent sont multiples. Il y a d’abord ce manque de liquidité récurrent dans le bureau de poste, ensuite ces pannes d’internet qui s’enchaînent et nous obligent à nous déplacer vers les grandes villes. Mais là, les chaînes d’attente sont souvent légions. Et le comble des combles, ce sont les distributeurs automatiques qui sont souvent en panne ou qui nous limitent à 5000 DA de retrait», se plaint un citoyen d’un village de la région d’Azeffoun. De son côté, la direction d’Algérie poste, par la voix de son sous-directeur, Mahammed Rabah, se veut rassurante : «Il n’y a pas eu et il n’y aura pas de manque de liquidités. Je tiens à rassurer nos concitoyens, toutes les mesures nécessaires sont prises pour répondre favorablement à leurs besoins. Il n’y a jamais eu de rupture de fonds. Le souci se posait autrement. Il y a d’abord le côté réglementation qui détermine le montant à ne pas dépasser pour chaque bureau de poste, et ce selon son classement, ensuite le manque de statistiques et la non-régularité des retraits dans ces agences postales», explique le responsable. Et d’enchaîner : «Nos postiers sont à encourager, ils font un travail titanesque. Des fois, ils font face à plus de 400 personnes par jour. Les citoyens doivent les comprendre et les aider au lieu de les incriminer». A signaler que la dernière semaine du mois de Ramadhan coïncidera cette année avec les virements des salaires, des retraites et autres pensions, ce qui compliquera, vraisemblablement, la tâche des postiers. Et pour pallier à cette affluence, les bureaux de poste ouvriront en nocturne durant toute la semaine en cours, selon le sous-directeur d’Algérie Poste de Tizi-Ouzou.

Hocine Moula.

0