Par DDK | 13 Septembre 2017 | 1947 lecture(s)

Mustapha Guitouni, ministre de l’Énergie et des Mines hier à Béjaïa

Le chantier du gaz d’Aokas enfin relancé

C’est un sentiment de grand soulagement pour des milliers de citoyens des communes de l’Est de la wilaya de Béjaïa, après l’annonce du dénouement de la situation de blocage du chantier du gaz à Tidelsine, dans la municipalité d’Aokas.

Ceci est intervenu à la faveur de la visite de travail et d’inspection effectuée, hier, dans la région, par le ministre de l’Energie et des Mines, Mustapha Guitouni. Ce projet du gazoduc, devant alimenter en gaz de ville six communes de l’Est de la wilaya de Béjaïa, en plus de Ziama Mansouria, municipalité de la wilaya de Jijel, a été bloqué durant 16 longues années, suite à une opposition émanant des citoyens du village Tidelsine. Ces derniers refusent le passage dudit gazoduc sur leurs propriétés terriennes, sous prétexte que leurs maisons seraient menacées d’effondrement à cause de l’instabilité du sol dans la localité. Hier donc, M. Guitoun, accompagné du wali de Béjaïa et des élus locaux, a donné son approbation pour l’option d’un deuxième tracé, mettant ainsi fin à cette situation de blocage, qui a duré depuis 2002. Le coup d’envoi des travaux a été donné, hier même, par le ministre. Le nouveau tracé de ce gazoduc longera la rivière dite «Assif N’Tbellout», située loin des agglomérations, et s’étalera sur 1,5 kilomètre entre Aokas et Souk El Tenine. Dans une déclaration faite sur les lieux, M. Guitouni a déploré les oppositions citoyennes à l’origine, selon lui, des retards flagrants qu’accusent les projets d’utilité publique. «Ce chantier, dont les travaux démarrent aujourd’hui (hier, ndlr), réglera un problème qui dure depuis 2002. Si le taux de pénétration en gaz de ville dans la wilaya n’est pas élevé, c’est aussi la faute des citoyens qui se sont opposés au passage de cette canalisation sur 400 mètres, ce qui a privé quelque 100 000 habitants de cette énergie. Le taux de raccordement au gaz naturel aurait été supérieur à 60 % sans les oppositions au passage des gazoducs. C’est grave, car l’opposition de deux individus n’a pas laissé le passage de ce gazoduc. Nous avons essayé avec eux tous les moyens, mais ils se sont opposés pour s’opposer. Désormais, la loi sur l’utilité publique doit être appliquée dans toute sa rigueur», a déclaré Guitouni. En tout, six communes du Sahel, à savoir Souk El Tenine, Melbou, Derguina, Taskeriout, Tamridjt et Bordj Mira, ainsi que la commune Ziama Mansouria (Jijel), seront raccordées au gaz de ville dans les prochains mois. Selon les estimations de la société de distribution du gaz et de l’électricité de Béjaïa (SDE), pas moins de 80 000 habitants bénéficieront de cette énergie dans un futur proche. Le ministre de l’Energie a insisté auprès de l’entreprise Cosider, chargée de réaliser le projet, pour terminer les travaux avant l’hiver. «Avec ce projet, le taux de pénétration en gaz de ville dans la wilaya de Béjaïa passera de 43% à 57 %», a affirmé M. Guitouni. À noter que la réalisation de ce projet est financée par la wilaya de Béjaïa avec un montant de 750 millions dinars. Dans la commune de Tichy, deuxième étape de la visite ministérielle, M. Guitouni a procédé à la mise en service du gaz naturel et de l’électricité au profit de 226 foyers, sis au niveau du lotissement de Tichy.

Mise en service du gaz pour 226 foyers à Tichy

Avec cette nouvelle mise en service, le taux d'électrification dans la wilaya de Béjaïa atteint les 97%, a indiqué le directeur de la SDE. «Beaucoup d’efforts ont été déployés pour améliorer la qualité et la continuité du service, renforcer et sécuriser les réseaux électriques qui alimentent la région», a-t-on souligné. Par ailleurs, M. Guitouni a profité de cette occasion pour appeler les citoyens de la commune de Derguina à la sagesse, en les invitant à lever l’opposition sur le projet de réalisation d’une ligne 60 kv, devant alimenter la ville de Béjaïa. Si ce projet est réalisé, la commune de Béjaïa et d’autres régions périphériques seront sécurisées en matière d’alimentation en électricité. L’autre chantier important inspecté, hier, par l’hôte de la capitale des Hammadites concerne les travaux de rénovation de l’oléoduc OB1SP3 Msila / TA- Béjaïa, dans sa partie allant de la commune d’Oued Ghir vers la ville de Béjaïa, sur un linéaire de 10 kilomètres. Le taux actuel d’avancement des travaux a atteint les 37 %. Le délai imparti pour la réception de ce projet est fixé au mois de mai 2018. Selon les explications fournies sur place à la délégation ministérielle, ce système de transport par canalisation OB1 a été mis en service en novembre 1959. Il constitue le premier Oléoduc réalisé en Algérie. D’une longueur de 668 km et d’une capacité de transport de 14 MTA, cet oléoduc assure le transport du pétrole brut depuis Haoudh El Hamra, dans le sud, jusqu’à Béjaïa, pour alimenter la raffinerie d’Alger et pour les besoins de l’exportation des hydrocarbures par navires citernes.

Le déplacement du port pétrolier réceptionné fin 2018

La dernière étape de la visite de M. Guitouni fut l’inspection des travaux du déplacement du port pétrolier. Il s’agit, en fait, de la réalisation de trois appontements pour la réception de gros navires pétroliers (jusqu’à 300 m de longueur pour un tirant d’eau de 20 m) et de 72 hectares de terre-pleins pour l’installation des équipements spécialisés des opérateurs concernés. L’objectif de ce projet est d’éloigner le port pétrolier du site touristique Cap Carbon, pour le préserver de tout risque de l’exploitation du terminal pétrolier. Le ministre de l’Énergie a insisté auprès de l’entreprise réalisatrice pour le respect des délais impartis, soit fin 2018. Par ailleurs, M. Guitouni a procédé à l’inauguration d’un nouveau siège de Naftal, dans la localité de Bir Slam, et a mis en service deux nouveaux bacs de stockage de carburant.

Boualem Slimani

0