Par DDK | 13 Septembre 2017 | 756 lecture(s)

Prolifération de décharges sauvages

Hattab encourage le recyclage

Le wali de Béjaïa, M. Hattab, a visité, en début de semaine, à Akbou, l'usine Revaplast qui est spécialisée dans le recyclage et la valorisation des déchets plastiques, un investissement privé que le wali encourage. Il a chargé le directeur de l'Environnement à inscrire des opérations similaires liées à la protection de l'environnement dans le cadre d'une vision économique visant à créer de la richesse. Une vision qui se concrétisera à travers une véritable valorisation des déchets basées sur le tri et le recyclage qui constituent un véritable gisement de matière première. Il semblerait, selon un cadre de la direction de l’Environnement, que les 21 millions de tonnes de déchets rejetés au niveau national quotidiennement, une fois recyclés, rapporteront quelques 38 milliards de dinars de recette. D’ailleurs, l’ancien wali, Ouled Salah Zitouni, nous avait déclaré, lors d’une rencontre au campus d’Aboudaou aux premiers jours de son installation à la tête de la wilaya de Béjaïa, que la ville de Stockholm est alimentée en électricité à partir de la combustion de déchets ménagers. Or dans la wilaya de Bejaïa, hormis cette unité d’Akbou en phase de lancement et celle de Delta Environnement en voie de réalisation à Tazmalt, aucune unité de recyclage ni Centres d’enfouissement technique projetés n’ont été lancés. Pourtant, il est prévu une autre unité de recyclage à Aokas et sept centres à travers certaines communes de la wilaya. Celle programmée dans la municipalité d’Aokas est encore en phase d’étude. «La principale contrainte rencontrée pour la réalisation de CET et de décharge contrôlée est l’opposition des citoyens et ce, malgré les mesures prises en matière de choix de terrains», déplorent les responsables de la direction de wilaya de l’Environnement. Ainsi, tous ces projets sont confrontés à l’opposition citoyenne. La wilaya de Béjaïa continue à être une poubelle géante avec la bénédiction de la population qui s’oppose à tous les projets qui peuvent améliorer leur cadre de vie. Cependant, la solution résiderait dans les unités de recyclage et autres déchetteries ultra modernes, dotées de moyens et d’équipements ultrasophistiqués, celles-ci permettront, une fois réalisées, l’éradication des décharges sauvages qui pullulent un peu partout sur le territoire de la wilaya.

A. Gana

0