Par DDK | 12 Octobre 2017 | 7811 lecture(s)

SUICIDE La Kabylie en haut du «podium» national

Tizi-Ouzou la wilaya la plus meurtrie !

Les cas de suicides sont de plus en plus fréquents en Algérie, notamment en Kabylie. Tizi-Ouzou occupe la première place des wilayas les plus touchées par ce phénomène au niveau national.

Et comme par hasard, le chef lieu est encore l’espace géographique le plus touché de la wilaya. C’est dire que le mal est au centre du noyau même de la wilaya de Tizi-Ouzou. Plus de 400 cas ont été enregistrés durant ces cinq dernières années, selon l’étude menée par le Pr Boulassel, spécialiste en médecine légale. Une situation qui est, dira-t-il, alarmante et nécessiterait une investigation plus approfondie pour évaluer l’ampleur du phénomène dans la société et comprendre les raisons qui poussent même les plus jeunes à passer à l’acte. Ainsi, toujours dans le cadre de cette étude, le spécialiste affirme que la prédominance pour le suicide est du côté des hommes, avec un chiffre de 302 suicides. En effet, il a été démontré que même les enfants se donnent la mort. Au niveau du service de médecine légale de CHU Neddir Mohamed, l’on nous a fait apprendre qu’un enfant de 9 ans s’est ôté la vie. Le nombre de femmes qui ont mis fin à leurs jours, toujours selon la même étude, est de 106 femmes. Le mode de suicide le plus répandu est la pendaison avec 176 cas. S’agissant du profil du suicidé, d’après les données recueillies au niveau du service de médecine légale du CHU, il est généralement jeune et en bonne situation socio-économique (à 44%). Au cours des trois dernières années, la wilaya de Tizi-Ouzou a enregistré plus de 200 cas de suicides. Les régions les plus concernées par ce phénomène sont le chef-lieu de wilaya, suivi de la région de Draâ El-Mizan, puis Azazga et Larbâa Nath Irathen. Au niveau national, la situation est tout autant alarmante, avec plus de 500 cas de suicides enregistrés par an, d’après les chiffres communiqués par les services de la Gendarmerie nationale.

K. H.

0