Par DDK | 7 Décembre 2017 | 1229 lecture(s)

... Le syndicat irrite les parents d’élèves à Azazga

Suite à la grève des enseignants affiliés au Cnapeste, les parents d’élèves du CEM Adnane d’Azazga, réunis en assemblée générale, ont décidé de la fermeture l’établissement pour aujourd’hui, le 7 décembre. Par cette action les parents d’élèves veulent «protester contre ce blocage aux conséquences lourdes et pour exiger un dénouement salvateur en urgence», mentionne une déclaration de l’association des parents d’élèves (APE) dudit CEM. La décision de cette action est motivée, selon les rédacteurs, par la persistance de la grève des enseignants, la situation de blocage qui perdure dangereusement, ainsi que l’échec de la tentative des membres de ladite association «de convaincre les enseignants grévistes de suspendre leur grève». Les parents d’élèves accusent les deux parties, à savoir la Direction de l’éducation, d’une part, et le Cnapeste, de l’autre, d’avoir pris en otage leurs progénitures. «L’association des parents d’élèves du CEM Adnane s’élève vivement contre cette situation de blocage qui pénalise lourdement les élèves et dénonce l’entêtement des deux parties», nous informe cette déclaration. Les parents d’élèves rappellent à ces deux parties que la scolarité est un droit et qu’ils les tiennent «pour coresponsable de ce marasme». En l’absence de réponse par la Direction de l’éducation à la correspondance de l’association du 27 novembre 2017, l’APE souligne «qu’elle reste mobilisée et déterminée à user de tous les moyens légaux, dont elle dispose, pour obliger les deux parties à mettre un terme à ce bras de fer qui n’a que trop duré», lit-on encore dans cette déclaration. Enfin, l’association «exhorte toute les parties: responsables, à savoir le Cnapeste, la Direction de l’éducation et de la wilaya à rouvrir rapidement le dialogue, privilégiant la raison et l’intérêt de tous ces élèves innocents, et à déployer tous leurs efforts, afin d’aboutir au plus vite à un dénouement tant attendu», conclut le document de l’APE.

F. E.

0