Par DDK | 7 Décembre 2017 | 823 lecture(s)

Deuxième semaine du débrayage du Cnapeste

Les examens du 1er trimestre compromis à Béjaïa...

L’annulation et le report des examens du premier trimestre dans les trois cycles de l’enseignement (primaire, moyen et secondaire) dans la wilaya de Béjaïa se précisent. Hier, lors d’un sit-in de protestation devant le siège de la direction de l’éducation, le Cnapeste, qui boucle sa deuxième semaine de grève illimitée, enclenchée le 27 novembre dernier, a exprimé sa détermination de continuer sa protestation jusqu’à satisfaction pleine et entière de sa plate-forme de revendications. Selon le calendrier des examens trimestriels, établi par le ministère de l’Éducation nationale, les examens du premier trimestre concernant les cycles moyen et secondaire devaient se dérouler du 3 au 7 décembre. Quant au palier primaire, les examens sont programmés du 10 au 14 décembre. Avec le maintien du mot d’ordre de grève, l’on s’achemine vraisemblablement vers le report de ces examens. «La grève illimitée va continuer, car nous n’avons pas obtenu de réponses concrètes à nos doléances. Il y a plus de 2000 dossiers bloqués au niveau du contrôleur financier concernant les promotions et la régularisation financière des enseignants », a affirmé Z. Slimane, coordinateur de wilaya du Cnapeste. Par ailleurs, ce même syndicaliste a jeté la balle dans le camp des pouvoirs publics pour éviter le pourrissement de la situation. «Nous demandons au wali de Béjaïa de convoquer, en urgence, cette réunion promise entre les directions de la fonction publique, de l’éducation, des domaines et le CF, ainsi que des représentants du Cnapeste», a appelé Z. Simane. En effet, selon le bureau de wilaya du Cnapeste, toutes ces parties doivent être impliquées pour un règlement définitif de toutes les situations et les dossiers en souffrance et qui concernent, entre autres, l’assainissement du dossier des logements d’astreinte et de fonction, la prise en charge financière des stagiaires et des contractuels, la régularisation des promotions et des nouvelles catégories… Cependant, cette grève n’est pas du goût des associations de parents d’élèves qui dénoncent «une prise en otage de la scolarité de leurs enfants».

Boualem S.

0