Par DDK | 7 Décembre 2017 | 554 lecture(s)

Éducation

Grève des intendants les 18 et 19 décembre

En raison de la non-satisfaction de leur plate-forme de revendications, les intendants de l’éducation menacent de réinvestir le terrain de la protesta. La Commission nationale des fonctionnaires des services économiques de l’éducation, affiliée à l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (Unpef), a, en effet, décidé d’observer une grève nationale de deux jours les 18 et 19 décembre prochain. Cette action sera appuyée par un rassemblement de protestation au premier jour de ce débrayage, à 10 heures, devant les directions de l’éducation au niveau national. Cette série de mouvements de protestation intervient, faut-il le rappeler, suite au débrayage de deux jours, intervenu les 7 et 8 novembre derniers, et qui est resté sans suite à ce jour. Le représentant de cette catégorie de travailleurs a déploré la non-prise en charge par la tutelle des doléances soulevées, indiquant que «les intendants de l’éducation n’ont pas d’autre choix que le recours à la grève pour se faire entendre et faire valoir leurs revendications restées jusque-là en suspens». Ces travailleurs ont réitéré, aussi, leur menace de ne pas assurer l’opération de versement de la prime de scolarité à partir de la prochaine rentrée scolaire 2017-2018 «dans le cas où le ministère de tutelle ne répondrait pas favorablement à nos doléances», a-t-on expliqué. Ils dénoncent le fait que la tutelle a «autorisé la vente des manuels scolaires dans les librairies, avec une marge bénéficiaire de 15%». La Commission en question a, donc, appelé ses adhérents à se mobiliser et à rester vigilants pour faire valoir leur plate-forme de revendications. Il convient de rappeler, en outre, qu’après la promulgation du décret exécutif 10-78 du 24 février 2010, instituant un régime indemnitaire au profit des personnels de l’éducation, cette corporation a été exclue du bénéfice des indemnités d’expérience professionnelle et de documentation. Ainsi, la Commission nationale des fonctionnaires des services économiques de l’éducation veut, à travers ces actions, «demander des indemnités spécifiques», à savoir l’indemnité d’expérience professionnelle et de documentation pédagogique, d’autant que ces fonctionnaires sont «les seuls de la fonction publique et de l’éducation nationale à en être exclus», arguent-ils.

L.O.Challal

0