Par DDK | 16 Avril 2018 | 862 lecture(s)

Conclave des imams jeudi dernier

Les mises en garde du directeur des affaires religieuses

Le directeur des affaires religieuses et des waqfs de la wilaya de Tizi-Ouzou, M. Yahia Douri, a réuni, jeudi dernier, les imams de toutes les mosquées de la wilaya, les inspecteurs de son secteur et les coordinateurs des imams. Ce conclave, qui a eu lieu à la mosquée El Attiq du centre-ville du chef-lieu de wilaya, a été l'occasion pour le premier responsable de ce secteur dans la wilaya de sensibiliser le personnel en prévision du Ramadhan prochain : «Tout d'abord, notre directeur a insisté sur les programmes à mettre sur pied durant ce mois sacré. Ainsi, il a insisté sur l'embellissement de ces lieux de culte, en les réfectionnant au même titre que les autres annexes de ces mosquées. Par ailleurs, il a donné des instructions aux imams sur la durée des prêches du soir qui ne devront pas dépasser les vingt minutes», confiera un coordinateur présent à ce conclave. En outre, M. Yahia Douri a exigé que tous les volontaires, qui devraient officier durant ce mois sacré dans les mosquées, doivent avoir des autorisations de ses services. «On peut faire appel à des volontaires. Cependant, ceux-ci devront avoir l'autorisation de la direction», a précisé notre source. Par ailleurs, il a instruit les imams à respecter les horaires de l'appel à la prière d'El Maghreb (horaire de l'iftar, rupture du jeûne) et celui de la prière d'El Fedjr. «Notre directeur a laissé le choix aux imams de faire la prière des Tarawih avec un hizb ou deux hizbs, selon leurs appréciations et selon la capacité de leurs fidèles», poursuivra le même interlocuteur. Les imams ont été instruits également sur la sensibilisation durant tout ce mois de piété au sujet de la zakat El Fitr. Pour notre interlocuteur, le directeur de ce secteur a été ferme au sujet des sujets à traiter qui devront porter sur l'entente, la concorde et la convivialité. «Il faut que les imams soient des guides pour la société», a-t-il souligné. Le point qui a été largement discuté par les présents est l’instruction ferme du directeur portant sur l’interdiction de pratiquer la roquia, non seulement, à l'intérieur des lieux de culte, mais, aussi, dans les logements de fonction attenant aux mosquées. «Toute roquia est interdite dans nos mosquées», a-t-il mis en garde tous les imams. En dernier lieu, il a exhorté les imams coordinateurs à veiller à l'application stricte de toutes ces directives et de surveiller si des salles de prière sont ouvertes sans autorisation. «Les salles de prière non autorisées ne seront pas tolérées», a-t-il insisté. Au finish, le directeur a souhaité que ce mois de jeûne soit une étape pour la réconciliation des uns et des autres et un moment de méditation sur les valeurs et la pratique du Ramadhan, en tant que troisième pilier de l'islam.

Amar Ouramdane

0