Par DDK | 11 Juillet 2018 | 1532 lecture(s)

Mekla - Salon national de la poterie à Ath Kheir du 14 au 17 juillet

Le lancement du chantier de la Maison de l’artisanat en bonus

Le Salon national de la poterie est de retour à Ath Kheir, pour sa 3e édition. Il débutera le 14 juillet et s’étalera jusqu’au 17 du même mois.

Pas moins de 78 artisans, de 15 wilayas, y sont attendus. Cette année, l’événement aura un cachet particulier : le projet de maison de l’artisanat tant attendu des 350 familles d’artisans d’Ath Kheir sera enfin lancé. Le début des travaux se fera en effet le jour même du lancement officiel du salon. Ce projet insufflera une nouvelle dynamique économique à la région, estime Karim Tebboun, président de l’association organisatrice du salon. Ce dernier nous fera savoir que la première tranche du projet est estimée à 3 millions de dinars, et a été financée sur budget de l’APC à hauteur d’un million de dinars et par subvention de l’APW d’une valeur de deux millions de dinars. La somme ne sera pas suffisante pour terminer le projet, et à cet effet, le président de l’association «Iselqam Ntalaght», lance un appel aux autorités de la wilaya, pour aider Ait Kheir financièrement à finaliser le projet. Comme à l’accoutumée, le salon se place sous un thème choisi par les organisateurs, lequel, cette année, est «Poterie d’Ait Kheir : plus qu’un patrimoine, une véritable ressource économique à valoriser », soulignant l’aspect économique de ce patrimoine. Au programme, des expositions de différents produits artisanaux. La poterie sera la reine de l’événement, avec une trentaine d’exposants, locaux, d’Ait Kheir, une autre trentaine d’autres exposants des quatre coins de la wilaya et 18 autres, du reste de pays. 15 wilayas seront présentes, dira M. Karim Tebboun, président de l’association organisatrice. Le meilleur stand sera récompensé au terme de l’événement. La poterie, ce patrimoine, qui se transmet d’une génération à l’autre dans ce village de la Daïra de Mekla, à 30 kms du chef lieu, est à préserver par les nouvelles générations. Une table ronde regroupant artisans et spécialistes, des conférences et autres activités, sont prévues tout au long de ces quatre jours du salon. Le salon vit grâce à la participation financière du ministère de la Culture qui, cette année, a consacré une enveloppe d’un million de dinars. En plus de la subvention de l’APW et la participation de la direction de la Culture. Le président de l’association «Iselqam Ntalaght», estime que la subvention du ministère est suffisante pour réussir l’organisation de cet événement qui prend de l’ampleur au fil des années. En effet, le nombre des participants passe de 50, l’édition dernière, à 78 cette année, et le nombre de wilayas passe de cinq à quinze. L’aspect économique et l’apport du salon à cette dynamique est avéré. Cette région commercialise annuellement entre 40 000 et 50 000 objets. Ce métier, exercé majoritairement par des femmes, est la principale ressource des habitants de la région. Les organisateurs comptent sur cette troisième édition pour booster et valoriser cette ressource. Cette édition est dédiée en hommage à Tefane Dehbia épouse Terfous, accoucheuse traditionnelle et artisane, et Challal Ahmed, collectionneur de Bouzeguène.

Kamela Haddoum.

0