Par DDK | 4 Aout 2018 | 1025 lecture(s)

Bouira

Grogne des cadres de la DJS

Des cadres de la jeunesse et sports de la DJS de Bouira montent une nouvelle fois au créneau. En effet, dans deux requêtes simultanées adressées au MJS, la DJS, le wali de Bouira ainsi qu’a la section syndicale, le SNAPAP, ces derniers exhortent leur tutelle de procéder au règlement du dossier de prime de rendement après promotion, non octroyée depuis 2008. Les rédacteurs des documents estiment dans leurs requêtes, avoir à plusieurs reprises rencontré le DJS qui aurait même promis d’intervenir auprès du MJS, «une promesse restée sans suite à ce jour», estiment-ils. Les cadres reprochent aussi à la direction le non affichage et information des promotions aux postes supérieurs ouverts récemment et de ne pas avoir avisé la commission paritaire des éducateurs principaux habilités à statuer sur la question. Les protestataires se demandent aussi pourquoi la direction a choisi la période des congés pour toucher au dossier des promotions. Cette manière de procéder, qu’ils considèrent comme un manquement dans la transparence. Le DJS de Bouira Djamel Djender répond qu’u sujet de la prime de rendement après promotion, en suspens depuis 2008, «le problème n’est pas propre à la DJS de Bouira», mais «concerne les 48 DJS du pays». La chef de service estime pour sa part que «parmi les signataires, plusieurs comptabilisent près de 30 ans de service, sans jamais demander de promotion dans leur poste, chose qu’ils ont droit de faire chaque dix années de service (…), les gens doivent bien s’imprégner du règlement et droit notamment la 06-03», insiste t- elle. Concernant l’ouverture, cet été, de 21 postes de promotion, à savoir 9 en jeunesse, 8 en sport, 3 de conseiller principal jeunesse et 1 en conseiller principal sport, elle dira que «La DJS n’a pas affiché compte tenu que c’est l’ensemble des fonctionnaires qui sont concernés et qui sont sensés être au courant, au niveau de la fonction publique, lorsque tout le monde est concerné par une promotion, personne n’est exclut, inutile d’informer ou d’afficher». «Cela devient obligatoire, lorsque la promotion concerne un service précis, ou un nombre de personnes ciblées qui ouvrent droit». A son tour, le DJS précise : «on a toujours travaillé dans une totale transparence, avec la commission paritaire composée de personnes élues par leurs pairs. C’est la commission des grades supérieurs qui siège, dans ce cas de figure. Les éducateurs principaux de jeunesse et sport concernés par la promotion au grade de conseiller, c’est la commission paritaire des conseillers qui est habilité à siéger…» La chef de service de la DJS dira «avoir reçu récemment l’effectif, (promotion), cela a coïncidé avec la sortie en congé de quelques cadres, mais ce n’est pas le cas de l’administration qui continue à travailler. L’essentiel c’est de travailler dans les normes et le respect de la réglementation en vigueur». Pourquoi attendre dira t-elle, «Septembre ou Octobre pour le faire ? C’est un plan de gestion établi par la fonction publique, et l’opération est d’ailleurs inscrite dans ce plan de gestion», conclut-elle.

M’hena A

0