Par DDK | 7 Aout 2018 | 1530 lecture(s)

HAMID HAMOUDI, président de la commission investissement de l’APW

«Il n’y a pas de plan de développement sérieux pour la wilaya»

Le président de la commission investissement de l’APW de Tizi-Ouzou, Hamid Hamoudi, évoque, à travers cet entretien, les contraintes majeures sur lesquelles bute l’investissement dans la wilaya de Tizi-Ouzou.

La Dépêche de Kabylie : Où en est l’investissement à Tizi-Ouzou ?
Hamid Hamoudi: L’investissement fait partie d’une dynamique de développement, hélas il n’y a pas un plan sérieux pour développer cette région, d’où un investissement, dans la wilaya, presque à l’arrêt, mis à part quelques exceptions en train de se matérialiser, à l’exemple de quelques vieux et nouveaux projets et quelques projets de zones d’activité, qui butent toutefois sur des problèmes de bureaucratie. Celle-ci handicape le processus de développement de la wilaya. L’exemple de la zone de Souamaâ, qui remonte à plusieurs années, est édifiant. Nous avons d’ailleurs prévu une réunion avec l’ensemble des acteurs concernés pour cette semaine, en vue de booster ce projet et le concrétiser. Il faut aussi signaler que certains petits investisseurs essayent de monter des projets, mais l’administration ne les accompagne pas.

Que fait justement l’Assemblée pour accompagner les investisseurs et relancer par là la machine du développement dans la wilaya ?
Une session extraordinaire sera justement consacrée au développement. Notre commission s’est penchée sur cette situation, pour cerner les différents blocages auxquels se heurte l’investissement dans la région, notamment en matière de localisation et d’accès à des lots et du règlement des problèmes des investisseurs. Nous avons d’ailleurs profité de la visite du ministre durant le mois de Ramadhan pour l’interpeller au sujet de la viabilisation des zones d’activité.

Quelle est la position de l’APW concernant le foncier industriel attribué et non encore exploité ?
L’ancienne assemblée de 2012-2017 a délibéré dans le sens de récupérer ce foncier. Nous avons adopté la même démarche qui s’inscrit dans la continuité pour assainir le foncier industriel. Tous ceux qui ont bénéficié de lots sont appelés à les exploiter ou, à défaut, les restituer pour les réattribuer à d’autres investisseurs. La procédure se poursuit toujours jusqu’à l’assainissement total du foncier industriel. Nous appuyons cette démarche pour le bien de tous et du développement de la wilaya.

Parlons des zones de Draâ El-Mizan et de Tizi Gheniff…
Ces deux zones d’activité sont en voie de réalisation. La procédure d’expropriation et d’indemnisation a été lancée. Cela nous permettra d’aller à la matérialisation physique de ces deux projets, qui seraient d’un apport très important pour l’économie locale. Ces deux zones sont localisées à proximité de la pénétrante vers l’autoroute Est-ouest, ce qui contribuera à rendre la wilaya plus attractive en termes d’investissements porteurs de richesses et créateurs d’emplois.

Qu’en est-il de celle de Souamaâ ?
Nous avons tenu une réunion avec les différentes directions qui interviennent dans ce dossier, ce qui adonné l’occasion au président de l’APW et à son exécutif de rencontrer les autorités locales de Souamaâ, les représentants des comités de village et l’association des propriétaires terriens. L’objectif était de rapprocher les uns des autres, pour peu que les propriétaires soient pris en charge. Notre Assemblée et notre commission restent disponibles et disposées à accompagner les citoyens pour garantir leurs droits. Nous avons plaidé pour un compromis entre les pouvoirs publics et les citoyens, en vue de pouvoir concrétiser cette zone, qui sera aussi d’un grand apport économique pour la wilaya.

Que faut-il faire pour attirer les investisseurs qui boudent la wilaya ?
Le pouvoir central et de l’administration centrale doivent, à travers leurs représentants locaux, lever le pied et faciliter l’acte d’investir. Il faut aller vers la démocratisation de l’acte de l’investissement. Autrement dit, l’équation est simple : il est question d’argent et de démocratie pour avoir le développement. La dictature et l’argent n’ont jamais été une équation qui a assuré un quelconque développement dans aucun pays à travers le monde. Nous, en tant qu’Assemblée et commission, allons faire tout pour accompagner les investisseurs pour monter leurs projets et agrandir leurs entreprises. Nous allons tout mettre en œuvre afin de décomplexer l’investissement dans notre wilaya. En plus de la session décidée par le P/APW, nous allons tenir un séminaire sur le développement, qui va traiter justement de l’investissement et de ses perspectives. J’appelle l’administration à consentir plus d’efforts de sorte à faire de Tizi-Ouzou une wilaya attractive, d’autant plus que nous jouissons d’un potentiel humain compétent et unique au niveau national. Pas mal de cadres et d’entrepreneurs de Tizi-Ouzou pilotent des projets importants au niveau national et international. Pourquoi donc ne pas les encourager à s’installer à Tizi-Ouzou ? Aux investisseurs, je dirais que les portes de notre Assemblée sont ouvertes et nous sommes prêts à les accompagner et à lever les contraintes.
Entretien réalisé par Hocine T.

0