Par DDK | 9 Aout 2018 | 2958 lecture(s)

Béjaia - Projet du pôle urbain d’Oued Ghir

Le constat «amer» de l’APW

La commission habitat et urbanisme de l’APW de Béjaïa a effectué, cette semaine, une visite d’inspection et de travail au niveau du pôle urbain d’Oued Ghir, où des milliers de logements, tous types confondus, sont en cours de réalisation sur le site Ighzer Ouzarif.

Sur place, les membres de la commission ont constaté le retard flagrant pris par les entreprises en charge de la réalisation de pas moins de 12 000 logements. «La commission habitat et urbanisme de l'APW s'est rendue, à Oued Ghir, pour constater l'état d'avancement des travaux des trois entreprises, à savoir chinoise, turque et algérienne (GEBECO), chargées de réaliser le nouveau pôle urbain. Le constat est amer : absence de viabilisation, de VRD, d'électricité et d'accès. La route est impraticable et nous avons été surpris de découvrir une décharge à ciel ouvert. C’est une vraie catastrophe écologique qui pollue toute la région», a déploré H. Boumedjane, élu à l’APW de Béjaïa, au terme de cette visite d’inspection.

Le constat peu reluisant établi par la commission habitat et urbanisme de l’APW de Béjaïa remet en cause les promesses des autorités de wilaya, lesquelles ont annoncé, il y a trois mois, la réception et la distribution de quelques 1 800 logements, dont 1 000 AADL et 800 de type social, d’ici la fin de l’année en cours.

Pour rappel, cette annonce a été faite, au mois de mai dernier, par la direction de l’urbanisme et de la construction, après l’attribution par les pouvoirs publics, de la première tranche d’un montant de 200 milliards de centimes, promis par le ministre de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, lors de sa visite dans la région, au début de l’année, pour réaliser la viabilisation des réseaux divers (VRD) de cette nouvelle cité.

Un responsable à la même institution avait également déclaré que le ministère de l’Habitat et de l’urbanisme a accordé une autre enveloppe conséquente de l’ordre de 100 milliards de centimes, destinée spécialement pour l’achèvement des travaux des VRD au niveau de ce nouveau pôle urbain. Toutefois, sur le terrain, les travaux de réalisation des réseaux divers (AEP, AEU, électricité, gaz...) sont au ralenti.

Devant ce grand retard enregistré dans la réalisation des VRD, l’association «Amel» des souscripteurs AADL de la wilaya de Béjaïa tire la sonnette d’alarme et demande l’intervention des autorités locales pour exiger des entreprises en charge de réaliser ces travaux, de respecter les délais impartis. «Les souscripteurs sont sous pression.

Nous demandons aux autorités d’intervenir pour débloquer la situation et veiller à ce que les travaux des VRD soient lancés. Nous sommes fatigués d’attendre. Il faut que les autorités honorent leur promesse de livrer ces logement fin 2018», a déclaré le président de cette association.

B. S.

0