Par DDK | 9 Aout 2018 | 897 lecture(s)

BOUIRA - À moins d’un mois de la rentrée fixée au 4 septembre

Que de retard dans la réhabilitation des écoles

La wilaya de Bouira a réservé une importante cagnotte pour la réhabilitation de plusieurs établissements scolaires, notamment des écoles primaires, en prévision de la rentrée scolaire 2018/2019.

En effet et selon la commission de l’Éducation à l’APW de Bouira, au moins 50 milliards de centimes seront dédiés, cette année, à des projets de réhabilitation, de rénovation et pour l’acquisition d’équipements pédagogiques, au niveau de plus de 80 établissements scolaires, répartis sur les 45 communes de la wilaya.

Toujours selon les affirmations de la commission de l’Éducation, cette enveloppe a été débloquée suite à une étude complète réalisée par des élus de l’APW et locaux, en plus des cadres de la direction de l’Éducation, traitant des opérations urgentes à entreprendre avant le mois de septembre prochain. Les établissements scolaires, situés dans des zones rurales et isolées seront prioritaires pour ces projets.

Ces projets comporteront notamment, des petites opérations de réfection de salles de classes, de réalisation d’aires de jeux et de sports, et ce, en plus de l’acquisition de nouveaux mobiliers pédagogiques. Toutefois la liste détaillée des opérations et des établissements qui bénéficieront de ces opérations, n’est toujours pas établie.

Selon la commission de l’APW, elle sera établie en fonction des priorités et des communes. Il faut préciser, par ailleurs, que de nombreux établissements scolaires de la wilaya, et plus particulièrement des écoles primaires, souffrent de multiples dégradations. Certaines de ces écoles datent de l’ère coloniale, et continuent à accueillir des élèves chaque année.

Une situation qui perturbe sans cesse, la scolarisation des élèves, dont les parents montent au créneau à chaque fois, en fermant les portes de ces établissements pour réclamer de meilleures conditions de scolarisation de leurs enfants. Comme a été le cas, pour deux écoles primaires de la ville de Sour El-Ghozlane (au sud de la wilaya), où les parents ont protesté à plusieurs reprises, fermant les portes de ces établissements, pour dénoncer l’état de délabrement de ces derniers.

Des lycées et des collèges sont aussi affectés par des dégradations, comme c’est le cas des lycées Abderrahmane Mira de Bouira, El-Ghazali de Sour El-Ghozlane et Mohammed Boudiaf d’Ath Leqsar, et du CEM Si-Mustapha d’Aïn-Bessem. Les services de la wilaya devront donc se lancer dans une véritable course contre la montre, pour la répartition de ce budget, qui demeure insuffisant eu égard de l’importance des opérations à entreprendre, mais surtout pour l’attribution des marchés et la réalisation des études et projets espérés.

Pour rappel, la date du Mercredi 4 septembre a été retenue par le Ministère de l’Éducation nationale, pour la rentrée scolaire 2018/2019, et en cas de non-achèvement de ces projets de réhabilitation, la rentrée des élèves sera perturbée au niveau des établissements concernés. Il est utile de préciser aussi, que le secteur de l’Éducation souffre également d’un manque flagrant en personnel enseignant dans certaines matières, à l’image des langues (français et anglais), des mathématiques, physique et des sciences. Un manque qui se fait également sentir sur le plan de l’administration des établissements, notamment pour les postes de directeurs, intendants et censeurs.

Oussama Khitouche

0