Par DDK | 15 Aout 2018 | 1794 lecture(s)

MUNICIPALITÉ - L’APC pas encore installée, les salariés, sans salaires, en grève illimitée depuis le début de la semaine…

Mairie d’Aït Mahmoud c’est la paralysie totale !

L’APC d’Aït Mahmoud, relevant de la daïra des Ath Douala, est dans l’impasse. Depuis les élections locales du 23 novembre dernier, le maire n’arrive toujours pas à installer son exécutif.

Au moins quatre réunions ont été organisées mais sans aboutir à mettre en place l’exécutif communal. Les propositions du maire ont toutes été rejetées par la majorité bloquante, formée par les élus du TAJ, FFS et MEN.

À rappeler que l’urne du 23 novembre dernier a donné une majorité partielle au parti du RCD qui a obtenu cinq sièges sur les treize possibles. Ainsi, le parti de Mohcine Bellabas a pris les commandes de l’APC et le maire Boudarene a été installé conformément à la réglementation. Le parti TAJ d’Amar Ghoul avait obtenu quatre sièges, le parti du défunt Si El Hocine (FFS) n’a obtenu que trois sièges et le MEN a eu un seul siège.

Les propositions du maire d’installer un exécutif ont été toutes rejetées par les autres élus. Dernièrement, le wali Bouderbali a invité l’ensemble des élus pour examiner et adopter le budget supplémentaire, mais en vain. Le BS n’a pas été voté. Du coup, c’est la paralysie de l’APC. Au début de la semaine en cours, les fonctionnaires et les ouvriers n’ayant pas perçu leurs salaires, n’ont eu d’autres solutions pour se faire entendre que de déclencher une grève cyclique de trois jours renouvelable.

À l’approche de l’Aïd et de la rentrée scolaire, les fonctionnaires et les employés de l’APC, craignant que la situation ne perdure, décident de passer à l’action en déclenchant une grève illimitée depuis le début de la semaine en cours. Les citoyens d’Aït Mahmoud sont, ainsi, pris en otages et ne peuvent plus retirer leurs documents de l’état civil, ni administratifs et aucune autre prestation. C’est le blocage total.

À l’approche de l’Aïd et de la rentrée scolaire, il urge de trouver une solution à ce blocage qui risque de coûter cher non seulement aux fonctionnaires mais aussi à toute la population. La balle est dans le camp des élus !

Hocine T.

0