Par DDK | 15 Aout 2018 | 1298 lecture(s)

Ils sont sans salaires à la veille de l’Aïd

Les fonctionnaires en grève ouverte

La commune d'Aït Mahmoud, dans la daïra de Déni Douala, où l'exécutif n'est pas installé jusqu’à aujourd'hui (élus issus des dernières élections locales en désaccord) est paralysée. Un problème majeur qui fait que les fonctionnaires de ladite commune ont enclenché, depuis le début de la semaine en cours, une grève illimitée. Un moyen pour exprimer leur mécontentement de ne pas toucher leurs salaires, du fait de ce blocage persistant, conséquence de la non-adoption du budget supplémentaire. Ce problème plonge, ainsi, l’ensemble des fonctionnaires dans le désarroi total, à l'approche de l'Aïd et de la rentrée sociale. «Je suis venu faire mes papiers et je suis surpris de voir les guichets fermés. Mais il faut aussi se mettre à la place des travailleurs qui n’ont pas été payés, avec les échéances que l’on connait. Il est déjà curieux qu’ils aient tenu jusque-là», nous dit un citoyen. En outre, les populations des différents villages, relevant de la commune, ont lancé un appel de détresse au wali afin d’intervenir pour permettre aux fonctionnaires de recevoir leurs payes dans les délais. Ils n'ont pas, aussi, manqué d’exprimer leur mécontentement à l'égard de leurs élus (13) qui ont laissé la situation en arriver là. «Un seul message pour ces élus : la commune compte des salariés nécessiteux et pères de familles qui devraient rentrer en ligne de compte dans votre combat de chiffonniers à la limite du ridicule. Vos intérêts personnels ou partisans ne sont pas une priorité, et on ne vous a absolument pas élus pour ça», peste un citoyen à l’égard de ces élus. Lyes Mechouek.
0