Par DDK | 15 Aout 2018 | 974 lecture(s)

M. Boudarene, maire d’Aït Mahmoud

«Une réunion demain pour débloquer la situation»

Le maire RCD d’Aït Mahmoud, M. Boudarene, explique dans cet entretien les raisons du blocage de l’assemblée qu’il préside et parle des conséquences directes de cette paralysie. Il appelle à l’apaisement et à la raison.

La Dépêche de Kabylie : Votre APC est paralysée notamment à cause de la grève des ouvriers et des fonctionnaires. Avez-vous des explications ?
M. Boudarene: Absolument, la grève cyclique de trois jours renouvelable a paralysé notre APC. Un employé qui ne perçoit pas son salaire, d’autant plus qu’on est à la veille de l’Aïd et de la rentrée scolaire, ce n’est pas tenable. Le BS n’a pas été voté et du coup les salaires n’ont pas été versés. Toutefois, nous appelons à l’apaisement et à privilégier l’intérêt général sur les intérêts partisans ou personnels.

Cette situation est due au fait que l’exécutif communal n’a toujours pas été installé, n’est-ce pas ?
C’est tout à fait vrai, mais il faut rappeler qu’au lendemain des élections du 23 novembre dernier, le RCD a obtenu 5 sièges, le TAJ 4, le FFS 3 et le MEN 1 seul. Nous avons fait plusieurs propositions et appelé à plusieurs réunions afin d’installer l’exécutif, mais en vain. Le reste des élus a formé un bloc et rejeté toutes nos propositions. Il y a eu au moins quatre réunions, mais les élus TAJ, FFS et MEN ne venaient pas, venaient pour marquer leur présence mais n’assistaient pas ou assistaient mais ne votaient pas. Dernièrement, le wali nous a invités pour examiner et voter le BS, mais là aussi ils ont également refusé de voter. Tous nos efforts ont buté contre le refus des élus bloquants.

Y a-t-il un espoir de voir la situation se débloquer dans les prochains jours ?
Oui bien sûr. Le wali nous a encore invités à une réunion pour jeudi (NDLR demain). Il nous a fait une proposition que personnellement je respecte. Celle-ci consiste à faire participer toutes les tendances selon les résultats obtenus aux dernières élections locales. Je pense que c’est un partage équitable. Tous les partis seront présents dans les commissions. J’espère que cette proposition trouvera un écho favorable chez l’ensemble des élus.

Votre mot de la fin ?
J’appelle à la raison et à privilégier l’intérêt de la collectivité sur toute autre considération. Nous devons avancer et relever les défis nombreux qui nous attendent. J’espère que, jeudi, nous sortirons avec des solutions et des résolutions pour permettre à nos fonctionnaires de passer une bonne fête de l’Aïd, ainsi qu’à l’ensemble de la population. Il faut aussi être prêt pour la rentrée scolaire et sociale qui point à l’horizon. Nous avons déjà perdu trop de temps, ça suffit. L’heure est à la mobilisation et à la conjugaison des efforts pour développer Aït Mahmoud et être au service de nos concitoyens.
Entretien réalisé par H. T.

0