Par DDK | 18 Aout 2018 | 1138 lecture(s)

ÉCONOMIE - Pour endiguer la montée des prix de la volaille

Ouyahia ordonne le gel de la TVA sur les intrants

Les aviculteurs et transformateurs d’aliments de volaille s’impatientent de l’application de la dernière instruction du Premier ministre portant sur le gel de l’application de la TVA sur les intrants de la filière. La montée des cours de ces derniers, notamment le maïs, dans les marchés mondiaux, a été sévèrement impactée sur le prix de vente au consommateur du poulet qui frôlait les 500 dinars le kilo depuis l’entame de la courbe ascendante il y a près de deux mois. Mardi dernier, Ahmed Ouyahia a instruit le ministre des Finances en vue de procéder au gel de l’application de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) applicable sur les produits importés entrant dans la fabrication des aliments de volaille, afin d’endiguer l’assenions des prix à la consommation et sauver la filière. Bien que la durée du gel n’ait pas été précisée, les professionnels s’en réjouissent, mais s’impatientent de son application, d’autant plus que la majeure partie d’aviculteurs comptent relancer l’activité et «remplir» leurs volaillers durant cette seconde partie du mois d’août, comme c’était de tradition. «C’est la période propice pour reprendre l’activité, étant les grandes chaleurs qui déciment nos volaillers est derrière nous. Cela nous permettra aussi de mettre le poulet sur le marché à la rentrée sociale, dont la plus part des institutions, notamment les établissements scolaires, en sont les grands consommateurs», nous a indiqué, hier, un aviculteur de Tizi-Ouzou. Ce dernier nous a fait part de l’arrêt d’activité dans la quasi-totalité des volaillers de la wilaya, ainsi que dans les wilayas de Boumerdès et Bouira, avec lesquels le marché local fait jonction dans le cadre d’un système informel de régulation du marché. «Le prix du maïs a atteint son pic de ces dernières années frôlant les 3 600 dinars le quintal, ce qui a concouru à la hausse les prix de l’aliment qui sont directement répercutés sur le consommateur», nous a également informé ce professionnel. Avant-hier, le président du conseil national interprofessionnel de la filière avicole (CNIFA), Koli El Moumen, a indiqué à l’APS que «le gel de l'application de la TVA sur les intrants de la filière avicole, décidé par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, il y a trois jours, a rapidement influencé les prix de la volaille sur les marchés». «Le Premier ministère a donné des instructions au ministère des Finances pour la suppression provisoire de l'application de la TVA sur le maïs et le soja, principales matières premières de la filière, mais sans déterminer la durée de ce gel», précise M. El Moumen, affirmant que les producteurs de la filière ont déjà fait leurs commandes auprès des fournisseurs pour les approvisionner en alimentation de bétail, notamment le maïs, qui représente 60% de l’alimentation utilisée pour l’engraissement des volailles. Le prix du maïs devrait baisser à 2 600 DA le quintal, contre 3 400 DA auparavant, et cela devrait contribuer à la diminution des prix de la viande blanche qui ont déjà commencé à connaitre des baisses considérables qui varient d'une région à une autre. Sauf que l’instruction du Premier ministre tarde à être diffusée ou exécutée, notamment par les douanes algériennes qui, selon le journal en ligne, TSA, «la DGD n’a rien reçu», sans toutefois préciser sa source. «Les Douanes n’ont rien reçu et continuent d’exiger l’application de la TVA aux importateurs d’aliments de bétail», expliquent les «sources» de TSA.
M. A. T.

0