Par DDK | 2 Septembre 2018 | 1057 lecture(s)

APC d’Aït Yahia

De nouveau le blocage

La commune d’Aït Yahia risque encore une fois d’être paralysée pour longtemps si un consensus n’est pas trouvé entre les différents élus qui composent l’assemblée. C’est lors de l’assemblée du 26 aout 2018, convoquée pour l’adoption du BS (budget supplémentaire), que le problème avait surgi en présence des comités de villages invités à assister à cette rencontre. Selon un élu, membre de l’exécutif, «même l’ordre du jour n’a pas été approuvé. Le vote s’est donc soldé par huit voix contre (3 FLN et 5 FFS), et sept voix pour (5 RCD et 2 RND). Quelles que soient les raisons qui ont poussé les élus du FFS et du FLN à adopter cette position de refus, il aurait fallu approuver l’ordre du jour, débattre des points qui y sont inscrits et exposer les motifs du rejet du budget supplémentaire», dit ce dernier. Ce rejet signifie donc, d’après notre interlocuteur, qu’il n’y aura pas de salaires pour les fonctionnaires de l’APC, ni de cantines scolaires pour les élèves. Par ailleurs, les établissements scolaires, dépendant de l’APC, ne bénéficieront pas de chauffage durant la période hivernale toute proche, alors que l’APC avait programmé l’installation du gaz de ville dans toutes les écoles primaires de la commune. Auparavant, nous avons relevé les prémices de cette situation, lors de l’approbation du CA (compte administratif), approuvé par sept voix (5RCD et 2 RND), trois (FLN) contre, et cinq (FFS) abstentions. Le plus étonnant est que deux vices présidents membres de l’exécutif et un président de commission du même parti (FLN) aient voté contre le CA 2017», ajoute notre source qui précise que «le développement de la commune est bloqué». Un élu FFS s’explique: «Les raisons du blocage temporaire de l’assemblée peuvent se résumer en une divergence de taille sur l’approche globale de la gestion de la commune. Nous refusons de réduire notre rôle d’élus à une simple gestion d’approbation des budgets. Les circonstances et la situation de la collectivité nous interpellent pour répondre aux aspirations de la population. Nous avons même invité l’assemblée à organiser des séances de travail…mais notre initiative n’a pas eu d’écoute. Vu les carences et le manque de transparence, nous avons adressé une correspondance au P/APC, mais elle est restée lettre morte.»

A. O. T.

0