Par DDK | 2 Septembre 2018 | 2635 lecture(s)

Tala Amara - Quinze jours depuis la disparition de Saghi Bélaid

La piste de l’enlèvement privilégiée par la famille

Quinze jours se sont déjà écoulés depuis la mystérieuse disparition de Saghi Bélaid. L’enquête poursuit son cours dans la discrétion totale, alors que la piste de l’enlèvement est privilégiée par la famille. Disparu un certain vendredi 17 août dans des circonstances troublantes, Saghi Bélaid, un père de famille de la paisible localité de Tala Amara, n’a pas encore été retrouvé. La gendarmerie de Tizi Rached, territorialement compétente, a pris en main l’affaire et poursuit ses investigations dans la discrétion totale. Aucune information n’a filtré, pour le moment, sur le déroulement de l’enquête, ni d’ailleurs sur de probables éléments de réponses quant aux circonstances mystérieuses de cette disparition. Néanmoins, l’enquête est toujours en cours. Dans la soirée du jeudi passé, la gendarmerie de Tizi Rached, renforcée par celle d’Irdjen et le groupement central de Tizi-Ouzou, a mené un ratissage sur le lieu de la disparition et les régions limitrophes, a-t-on appris auprès du comité du village. Notre source regrette que l’opération n’ait abouti à rien. «Jusqu’à présent, les circonstances de la disparition restent le grand mystère. On reste confiants, la gendarmerie nous a informés que l’enquête suit son cours et que tous les moyens sont mobilisés pour mener à bien l’opération», a-t-il fait savoir. La famille, de son côté, garde toujours espoir malgré l’inquiétude. «La gendarmerie ne nous donne aucun élément de réponse pour le moment et ça nous inquiète. Pour nous, il n’y a aucun doute, notre père a été enlevé, il ne peut ni disparaitre seul, ni partir loin de sa famille de son plein gré. Il avait une vie ordinaire, sans problèmes chez lui. Nous nous demandons s’il est toujours dans la région ?», dira la fille du disparu. «Pour le moment, personne ne nous a contacté», précise-t-elle. «Mon père était un homme sans histoires, simple. Le jour de sa disparition, il a été voir sa sœur puis s’est rendu à une fête de mariage. On ne s’attendait pas du tout à ce qui nous arrive», ajoute-t-elle. Malgré les efforts consentis par la gendarmerie et la mobilisation des villageois qui reste entière, l’inquiétude de ne pas retrouver Saghi Bélaid vivant se fait sentir avec le temps. Le comité estime que les efforts doivent redoubler et les moyens davantage mobilisés. Pour rappel, Bélaid Saghi, âgé de 55 ans, père de neuf enfants, six filles et trois garçons, chauffeur dans une société privée spécialisée dans la distribution de détergents, n’a plus donné signe de vie depuis la soirée du 17 août. La voiture de location qui était à sa disposition, une Peugeot 406 de couleur grise, a été retrouvée le lendemain de sa disparition, soit le samedi 18 août, calcinée sur la route menant vers Laâzib Cherioua, non loin du village du disparu. Les services de sécurité et de la Gendarmerie nationale ont entamé une vaste opération de recherches à travers le territoire de Tala Amara et des villages limitrophes, sans résultat pour le moment.

Kamela Haddoum.

0