Par DDK | 3 Septembre 2018 | 2140 lecture(s)

RABAH MENAOUM, P/APW intérimaire

«Le blocage des subventions des associations est un non-sens»

Le P/APW intérimaire de Tizi-Ouzou, M. Rabah Menaoum, dresse dans cet entretien un état des lieux sur l’évolution du concours Rabah Aïssat, dont les lauréats de la prochaine édition seront connus dans moins de deux mois

La Dépêche de Kabylie : Le concours du village le plus propre est à sa sixième édition. Comment évoluent les choses ?

Rabah Menaoum : La 6e édition du Concours Rabah Aïssat est à un stade avancé, puisque la commission chargée de départager les villages participants a déjà rendu visite à une soixantaine de villages. Le travail se poursuit pour visiter l’ensemble des villages, et la date butoir est fixée pour le 20 septembre prochain.

Nous aurons toutes les fiches que nous allons bien sûr transmettre à un huissier de justice pour le classement et ainsi, vers le 12 octobre, date d’anniversaire de l’assassinat de notre défunt P/APW, les résultats seront annoncés officiellement. Nous saurons alors le nom du village le plus propre de la wilaya de Tizi-Ouzou et l’ensemble des villages lauréats pour cette édition 2018.

On croit savoir que les subventions accordées aux associations, notamment celles dédiées à l’environnement, ont été rejetées par le contrôleur financier. Que fera votre assemblée pour faire parvenir les subventions aux associations ?

En effet, le CF a rejeté des subventions que nous avons accordées pour 48 associations, huit tous caractères confondus dont celles de la protection de l’environnement, et ce pour motif d’absence d’imputation budgétaire dans la nomenclature du budget. Un rejet que nous considérons abusif vu que les mêmes associations ont déjà bénéficié de subventions sans être inquiétées.

Invoquer aujourd’hui le prétexte de fausse imputation et de rigueur budgétaire nous pousse à nous interroger sur les réelles motivations de ce blocage. D’autant plus que l’éventail de rigueur est brandi uniquement pour le blocage de telles initiatives associatives, alors que des sommes colossales sont dépensées sans réel impact pour le développement de notre wilaya et de notre pays. Pour débloquer cette situation, nous avons saisi les ministères de l’Intérieur et des Finances et nous attendons toujours leurs réponses.

Nous n’allons pas nous taire devant cette volonté avérée de casser la dynamique que nous avons pu créer autour de la protection de l’environnement, grâce notamment au concours du village le plus propre. Pour revenir au fond des choses et au-delà des aspects réglementaires et budgétaires, je trouve injuste et injustifié de bloquer des subventions des associations de protection de l’environnement alors que les pouvoirs publics tablent sur le développement durable et la protection de l’environnement. C’est un non sens.

Qu’est-ce que le concours du village le plus propre a apporté aux villages participants depuis son lancement ?

Le concours Rabah Aissat du village le plus propre a créé une dynamique citoyenne visant la protection de l’environnement et la préservation du patrimoine matériel et immatériel de nos villages. Le concours a consolidé davantage l’esprit solidaire et organisationnel qui anime les communautés villageoises. Le renforcement des liens sociaux et l’éducation à l’environnement dans les villages sont aussi au cœur de ce concours.

Aujourd’hui et grâce au concours, des centaines de villages ont retrouvé un visage bien meilleur, et la dynamique gagne du terrain d’année en année puisqu’à la première édition, nous avions enregistré la participation de moins de quarante villages et aujourd’hui, Dieu merci, nous sommes passés à 102 villages et nos efforts se poursuivront pour élargir davantage la participation.

L’APW a-t-elle initié d’autres actions dans le domaine de l’environnement en dehors de ce concours ?

La protection de l’environnement nécessite un effort collectif, une démarche inclusive et participative. La mobilisation de tous les acteurs et l’implication de la société civile est une condition sine qua non pour rendre à notre wilaya son rayonnement. À nous tous de retrousser les manches pour redorer l’image de notre wilaya.

Pour notre part, nous accordons un intérêt particulier à cette question. Un travail important est effectué dans le cadre du village le plus propre. D’autres actions sont entamées ou en perspective. Nous sommes en train de travailler pour encourager le tri sélectif au niveau des ménages, des villages et des communes.

Nous travaillerons aussi pour le développement de l’industrie de valorisation et de récupération des déchets. Beaucoup d’investisseurs s’y intéressent déjà, il suffit juste de les accompagner et de les encourager. C’est de cette manière qu’on fera d’une pierre plusieurs coups. Il faut que l’on s’y mette tous, ce n’est pas seulement l’affaire de l’APW.

Le pouvoir central, les collectivités locales, l’administration, la société civile et le mouvement associatif et tous les citoyens sont appelés à contribuer, selon ses moyens, à réaliser ce challenge qui est à la fois environnemental, économique et éducatif.

Entretien réalisé par Hocine T.

0