Par DDK | 10 Septembre 2018 | 804 lecture(s)

Béjaïa - En raison de l’exode rural

94 écoles primaires fermées depuis la mi-80

Plusieurs écoles primaires ont été fermées à cause de l’exode rural à travers la wilaya de Béjaïa. «Depuis les années 80, plus précisément la mi-80, à ce jour, 94 écoles primaires ont été fermées aux quatre coins de la wilaya de Béjaïa en raison de l’exode rural», apprend-on du chargé de communication de la direction de l’éducation de Béjaïa, Boualem Chouali. Selon ce dernier, ces trois dernières années et faute d’effectifs, trois écoles primaires ont été fermées dans les communes de Kendira (école du village Takharoubt Ighil), Tichy (école du village Izoumen) et Béni Maouche (école du village Takhribt). Cette année, ajoute notre interlocuteur, l’établissement du village Kebbouche, dans la commune d’Adekar, a rouvert ses portes pour recevoir les élèves du village. Sa réouverture intervient suite aux sollicitations de la famille éducative de la région. Pour des raisons que seules les responsables de la commune de Béjaïa connaissent, l’école primaire Soumari, située sur les hauteurs de la ville, est à ce jour en chantier, suscitant du coup la colère des parents qui ont retenu leurs enfants à la maison. Dans la matinée d’hier, ce sont les enseignants de l’école primaire Ibn Rochd (Averroès) qui ont observé un débrayage pour protester contre la dégradation de plusieurs salles de classe. Selon une source proche de cet établissement, la tenue de la 13ème édition du Salon national de l’artisanat dans cette école n’a pas été sans provoquer quelques dégâts à l’intérieur de certaines salles de classe, chose qui a suscité, hier, la colère des enseignants. Selon notre source, l’APC de Béjaïa, en charge de la restauration des lieux, tarde à intervenir et engager les travaux de restauration. La même source ajoute que le wali intérimaire de Béjaïa, qui a autorisé la CAM à tenir ledit événement dans cette école, aurait été saisi pour intervenir. En ce qui concerne l’encadrement dans les écoles primaires, le chargé de communication de la direction de l’éducation de Béjaïa précise que «toutes les écoles sont pourvues en personnels administratifs. D’après lui, même si des directeurs ne sont toujours pas désignés dans quelques écoles primaires, il reste que des ‘faisant fonction de directeurs’ ont été installés pour le bon fonctionnement des établissements». Il est à rappeler que les parents d’élèves de l’école primaire de la localité d’Ighil Larbaa, dans la commune de Barbacha, ont manifesté, mercredi dernier, leur colère en constatant la dégradation de la cour, des sanitaires et des infiltration des eaux pluviales dans les salles de classe. Les mêmes problèmes ont été, également, soulevés par les parents d’élèves de l’école primaire de la localité d’Afra, dans la commune de Kherrata. En signe de protestation, ces derniers ont décidé de retenir leurs enfants à la maison. F. A. B.
0