Par DDK | 12 Septembre 2018 | 480 lecture(s)

M'Chedallah

La route de Tilematine enfin prise en charge !

Demeurée depuis des années à l'état d'impraticabilité avancée, la route qui dessert la bourgade de Tilematine, située dans la commune de M'Chedallah, à l’Est de la wilaya de Bouira, a été finalement prise en charge par les autorités communales. En effet, cette route qui va du CW98 vers le village de Tilematine, a mis dans tous leurs états les automobilistes qui l'empruntent, pour ses aspérités, trous et nids-de-poule. Un trajet pour lequel il n’est pas possible aux usagers de circuler en toute tranquillité et sans cahotes. Fort heureusement, ce projet a été validé et attribué à l’entreprise réalisatrice la moins disante, et ce après ouverture récente des plis. Le marché a été attribué, note-t-on, pour un montant de près de 10 millions DA, pour un délai de réalisation de 2 mois seulement. «Il était vraiment temps que le chemin qui dessert notre village soit réhabilité, car il est dans un état lamentable. Les automobilistes qui l'empruntent éprouvent beaucoup de difficultés. Même les transporteurs évitent notre localité en raison de l’état de cette route. Maintenant que le projet a été attribué, les travaux ne devraient pas tarder à être lancés», s’impatiente un habitant de cette localité. Par ailleurs, il a été constaté des insuffisances flagrantes dans l’aménagement urbain au chef-lieu communal de M'Chedallah. Des sections entières de rues du centre-ville, ne sont toujours pas bitumées à l'instar de l'accès qui va du siège de la brigade de la gendarmerie de cette ville vers la cité du 1e novembre. Cet accès très fréquenté au demeurant par les habitants et les véhicules n'est toujours pas bitumé et le sol est demeuré en terre battue. A la tombée des pluies, cet accès devient boueux et marécageux. La cité Azzouz Méziane dans la même ville enregistre aussi cette absence de réhabilitation de ses accès. Dans le même contexte, il est à déplorer aussi l'état peu reluisant de la chaussée de cet accès allant de la rue Makhlouf Amar vers le petit square siège de l'APC, où des trous et des crevasses y sont constatés.

Y. S.

0