Par DDK | 25 Mai 2016 | 2044 lecture(s)

Bouira Vieux de plus de 2000 ans

Le site archéologique de Tachachit à l’abandon

Situé sur une crête et s’étalant sur plus de 45 hectares, Tachachit est un site archéologique riche de plus de 2 000 ans d’Histoire, situé à 07 kilomètres du chef-lieu communal d’El-Adjiba et à 30 Kms à l’Est de la ville de Bouira.

Les premières découvertes ont été faites il y a plusieurs années sans que cela n’émeuve outre mesure les autorités de wilaya qui ont toujours promis la classification de ce site. Aujourd’hui et selon les dires des riverains, le sous-sol renfermerait des pans entiers de l’histoire et des trésors cachés. Trésors en mesure où les reliques retrouvées sur place proviendraient d’une époque estimée entre le 1er et le 3ème siècle avant Jésus Christ par les archéologues de la direction de la culture de Bouira ainsi que par les membres de l’association «Les amis de Cherchell». Tout un patrimoine qui est aujourd’hui à l’abandon, laissé aux mains des pilleurs et des bergers venant faire paitre leurs troupeaux en ces lieux. M. Romassi, un riverain de ce site ayant construit sa maison sur une superbe mosaïque de l’époque, affirme avoir investi beaucoup d’argent afin de préserver cette immense mosaïque de plus de 1 000 m2 se trouvant sous la cour de sa demeure alors que sa situation financière n’était pas reluisante. Aujourd’hui encore, M. Alem Kaci, président de l’association culturelle «les amis de Sadaoui Salah» déplore le manque de célérité de la part des autorités de wilaya. «Des vestiges sont visibles, ils émergent à peine de terre, d’autres fragments de poteries, des jarres en terre cuite, sont dispersés à même le sol, usés par l’érosion du temps et des conditions climatiques. Si rien n’est fait sous peu, c’est tout un pan de l’histoire qui disparaitra», avertira-t-il. Interrogé sur les objets retrouvés sur place, M. Kaci fera montre de prudence : «Officiellement, personne n’a rien trouvé, mais la rumeur parle de statues et de statuettes romaines, d’amphores antiques mais aucune trace officielle de ce que j’avance». Même si notre interlocuteur demeure prudent, les riverains ayant fait de ce sujet un secret d’Etat, il n’en demeure pas moins que la rumeur a fait son petit bonhomme de chemin et les ouvriers italiens exerçant à l’époque sur le chantier de l’autoroute Est-Ouest pour le compte de l’entreprise Todini, se sont rendus à maintes reprise sur ce site pour, nous dit-on, «acquérir à prix d’or» des pièces de monnaie frappées à l’effigie d’un empereur romain et autres vestiges de bibelots de l’époque. Tout ça serait «de la spéculation, car il est interdit de sortir du territoire des pièces archéologiques appartenant au patrimoine algérien», révèle sous le couvert de l’anonymat un cadre exerçant à la direction de la culture qui assure, cependant, que le site de Tachachit est inscrit et classé au niveau de la wilaya depuis le 09/07/2009. De leur côté, les associations de la commune d’El-Adjiba ont envoyé une missive au ministère de la Culture pour exiger que des procédures urgentes soient entamées pour sauvegarder et étudier ce site.

Idir Bachouche

5.00