Par DDK | 11 Janvier 2017 | 1120 lecture(s)

59e anniversaire de la bataille de Tikouravine

Chorfa s’en souvient !

Lundi dernier coïncidait avec le 59e anniversaire de la bataille de Tikouravine qui eut lieu dans la localité de Chorfa, un certain 8 janvier 1958.

Ce jour-là les combattants ont infligé une défaite mémorable aux soldats français, lesquels perdirent, ce jour-là, 56 des leurs. Tout a commencé le 7 janvier 1958, lorsque les soldats de l'armée coloniale tendirent une embuscade à quatre combattants de retour d'une mission, les tuant tous au lieu-dit «Iherkane». Cet acte sauvage a créé un immense sentiment de révolte et d'envie de vengeance chez les compagnons de lutte des 4 martyrs, tombés aux champs d'honneur. C'est alors que le chef du bataillon , ahlou Ath Rabah, alerté de cette embuscade sanglante, prit la décision d'envoyer des renforts aux Moudjahidine. Ainsi, "tout le bataillon de Lahlou Ath Rabah, composé de 300 soldats, a été mobilisé pour venger les quatre martyrs", relatent, avec émotion, des moudjahidine encore en vie. C'est alors qu'une décision a été prise d'attaquer les auteurs du carnage dans la soirée du 8 janvier 1958. Toutefois, un imprévu allait chambouler les plans des Moudjahidine avec cette descente impromptue des militaires français, venus de la caserne de Takerboust avec un convoi de 8 camions et 2 jeeps, pleins à craquer de soldats. Redéployant leurs troupes pour parer à toute surprise, les Moudjahidine prirent position au lieu-dit «Tikouravine», dans la localité de Chorfa, et au signal du chef, ils ouvrirent le feu sur le convoi français qui, surpris par les tirs, se disloqua complètement. Le bilan de cette bataille fut particulièrement lourd du côté des français qui on perdu 52 de leurs soldats. Du coté des Algériens, il n'y eût qu'un seul mort, en l'occurrence le chef du bataillon Lahlou Ath Rabah, et deux blessés. "Au petit matin, les Moudjahidine se réfugièrent dans les hauteurs d'Akbou, pour se prémunir de toute attaque de la soldatesque française. Celle-ci, en faisant preuve d'une lâcheté inégalable, s'est vengée en délogeant la population de Chorfa dans un camp de concentration, pour bombarder, par la suite, leurs maisons", relate-t-on encore.

Y Samir

0