Par DDK | 20 Mars 2017 | 624 lecture(s)

Ath Messaoud

Enfin, la route bitumée

La route qui relie le village Ath Messaoud au CW107 a enfin été bitumée, au grand soulagement des villageois. Pour rappel, la prise en charge de cet axe routier était revendiquée depuis des années par les habitants d'Ath Messaoud. En effet, ils souffraient depuis plus de plus de cinq ans, de l'état de cette route dégradée au point où même les automobilistes clandestins la boudaient. "Ce qui a compliqué la situation, c’était l'entreprise qui avait entrepris les travaux de gaz naturel. Vraiment, nous avons fait des pieds et des mains pour arracher son bitumage en béton bitumineux (tapis). D'ailleurs, nous avons même fermé la mairie plusieurs fois", répondra un membre actif du comité de village. Selon M. Roustane, subdivisionnaire des travaux publics de Draâ El-Mizan, l'entreprise a achevé les travaux au début de la semaine passée. "C'est vrai que l'opération a un peu traîné. Mais ce n'était guère de notre faute parce qu'on ne devait pas bitumer la route, du moment que l'entreprise, chargée du raccordement au gaz, n'avait pas, encore, bouclé ses travaux. Maintenant, c'est un soulagement aussi bien pour nous que pour les habitants qui ont souffert durant des années", ajoutera-t-il. Par ailleurs, il faut dire que si sur ce plan, la population de ce village est soulagée, il n'en est pas de même pour l'alimentation en eau potable. En effet, tous comme la majorité des habitants de M'Kira, ceux d'Ath Messaoud souhaitent de l’alimentation en eau potable soit renforcée avant les grandes chaleurs. "Nous espérons que nos appels soient entendus parce que nous ne bénéficions pas de l'eau de Koudiat Acerdoune (Bouira) comme les autres. Même les autres villages de notre commune souffrent du même problème. La quantité pompée à partir de Tizi Larbaâ est insuffisante. Il faut aussi souligner que les conduites sont vétustes", déplore un autre citoyen du village qui avouera avoir dépensé plus de 40000 dinars durant l'année pour l'achat de l'eau alors que dans d'autres régions, ce liquide est utilisé pour l'arrosage et le lavage des voitures. A souligner que même les responsables locaux appréhendent déjà un été lors duquel le manque ne sera que plus grand. "Rien n'a été amélioré sur le plan de notre alimentation. Nous demandons toujours les 5000 mètres cubes par jour et l'installation de compteurs pour réduire le gaspillage. Car, en réalité, nous ne bénéficions même pas de la moitié de ce qui est prévu", confiera une source proche de l'APC.

Amar Ouramdane

0