Par DDK | 13 Février 2018 | 945 lecture(s)

BOUNOUH - Après les dernières chutes de neige

Les engins de l'APC et de particuliers mobilisés

La neige qui est tombée abondamment dans la nuit de samedi à dimanche derniers a entièrement bloqué certains villages de la commune de Bounouh faisant face au majestueux Djurdjura. Si avant-hier matin, les chemins vers Helouane, Tizi-Médène, Zaârour ou encore Ath Talha étaient entièrement impraticables, hier matin, il ne restait qu'un tronçon d'environ deux kilomètres du chemin communal qui relie Bounouh à Bouira en passant par Tizi-Oujaâvouv à une altitude de plus de 1300 mètres qui était encore bloqué. «Dès les premières heures de la matinée, nous avons mis en marche tous nos engins. L'apport des entreprises privées a été très bénéfique. D'ailleurs, nous avons dégagé la neige sur certains axes vers les villages peu avant-midi. En fin d'après midi, la route vers Bouira était ouverte. Il ne restait que le tronçon relevant de la commune de Taghzout (Bouira) qui était encore fermé. Hier matin, nos engins étaient repartis dans la même direction pour l'ouvrir entièrement afin de permettre à nos concitoyens qui travaillent à Bouira de s’y rendre», informera M. Mohamed Arezki Lounis, président de l’APC. Il appellera par la même occasion, les autorités concernées de répondre à la demande déjà formulée depuis longtemps par les différents exécutifs communaux de cette APC, afin de classer ce chemin communal en chemin de wilaya d'autant plus qu'il relie deux wilayas (Bouira et Tizi-Ouzou), et ce, pour bénéficier d'une meilleure prise en charge. Par ailleurs, l’édile communal dira que, concernant les écoles primaires, elles sont toutes raccordées au réseau de gaz naturel, permettant ainsi aux élèves de travailler dans de bonnes conditions. Il est à noter que le gaz naturel est arrivé dans toute la commune. «Il ne reste plus de village ou de hameau où le réseau n'a pas été installé», ajoutera le même interlocuteur. Néanmoins, il faut souligner que les collégiens et les lycéens n'ont pu rejoindre leurs établissements à cause de la neige et des chaussées glissantes. Les lycéens de Bounouh fréquentent encore les lycées de Boghni, certains d'entre eux font ainsi plus de quinze kilomètres pour y arriver.
Amar Ouramdane

0