Par DDK | 28 Juin 2018 | 1339 lecture(s)

Azeffoun

La crise d’eau potable perdure

La commune d’Azeffoun, à une trentaine de kilomètres au nord de Tizi-Ouzou, souffre depuis des années du problème d’alimentation en eau potable. Problème qui s’accentue en été, car les besoins en eau augmentent, d’autant plus que les estivants qui y affluent renforcent cette demande. «Il nous arrive même d’oublier que l’eau coule dans les robinets. Nos foyers sont bien entendu raccordés au réseau de l’eau potable, mais les robinets sont à sec presque toute l’année. Les responsables concernés devraient tenir compte des conditions auxquelles on fait face. Si ce n’était pas les puits et les fontaines, on serait morts de soif», dira un habitant du village Issoumathene. Les villages Tazaghart et Ath Rhouna souffrent de la même carence. Les autorités locales affirment que ce problème n’est pas négligé et qu’il constitue une urgence pour l’exécutif communal. «La crise de l’eau potable à Azeffoun est un problème récurrent, notamment en période estivale. Un vrai casse-tête pour nous et un calvaire pour nos concitoyens, particulièrement ceux des villages raccordés au barrage de Taksebt. Faute de bonne répartition, la quantité d’eau destinée à cette région est insuffisante. Pour le centre-ville et le côté est, la mise en service du forage de Sidi Khelifa devrait être une bouffé d’oxygène pour les habitants. Cela minimisera ou mettra fin à ce problème», déclarera Said Fraga, adjoint au maire de la commune d’Azeffoun. Ce manque d’eau sur les réseaux de distribution a aussi un impact sur les estivants qui sont réticents à l’idée de revenir à cette ville côtière pour passer leurs vacances. Ce problème d’AEP pourrait ainsi avoir un impact sur les ambitions touristiques de cette ville balnéaire.

Djaffar Ouigra

0