Par DDK | 28 Juillet 2018 | 1590 lecture(s)

Larbâa Nath Irathen - Propagation de la brucellose

Les éleveurs inquiets !

à chaque saison sèche, les éleveurs retiennent leur souffle. La peur de voir à nouveau réapparaître les maladies, pouvant décimer leur cheptel et anéantir tous leurs efforts, les hante et les taraude. Et comme redouté, dès les débuts des pics de chaleur, le premier cas de brucellose fut déclaré plongeant ces éleveurs dans une terreur sans précédent. Bien que les services vétérinaires, sanitaires et agricoles soient à pied d’œuvre, cela n’a pu empêcher l’apparition de plusieurs cas de brucellose au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou, ou des autres wilayas. Ces derniers temps, cette maladie est devenue le sujet de discussion des éleveurs de Larbâa Nath Irathen et de Tizi Rached. «Fort heureusement, aucun cas n’a été signalé au niveau de nos deux daïras», dira M. Layazid Achour de la subdivision agricole de Larbâa Nath Irathen. Et d’ajouter : «Suite à un arrêté du wali portant sur la vente du lait cru, non pasteurisé, au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou, nous avons fait une campagne d’affichage en collaboration avec l’APC (service d’hygiène de L. N Irathen), pour sensibiliser les éleveurs sur les dangers de cette maladie et ses moyens de transmission, à savoir le lait cru non pasteurisé et ses dérivés (lait caillé, petit lait ou beurre). Lors de cette campagne, nous avons aussi mis l’accent sur l’autre moyen possible de transmission de cette maladie, le contact du sang de l’animal malade. Des sorties des brigades des services vétérinaires, services d’hygiène et de la sureté de daïra ont été effectuées au niveau du chef-lieu et des villages. Après contrôle, nous avons saisi 275 litres de lait non pasteurisé (entre lait caillé et petit lait) et 800 Kg de beurre», dira le subdivisionnaire en question. Et d’ajouter, «nous n’avons pas attendu que le premier cas de brucellose soit déclaré pour faire des sorties ou des campagnes de sensibilisation. Au mois de mars de l’année en cours, nous avons déjà organisé plusieurs sorties sur le terrain et plusieurs rencontres avec les éleveurs au sujet des cette maladie et des autres maladies telle que la tuberculose et la fièvre aphteuse pour ne citer que celles-là. Nous appelons tous les éleveurs à être vigilants et faire appel à nos services et aux services compétents en cas s’apparition de cette maladie. Le citoyen doit aussi faire attention quant à la consommation de lait non pasteurisé, afin d’éviter tout risque.» La brucellose étant transmissible à l’homme par le lait et le contact du sang de l’animal malade, chacun est appelé à éviter toute prise de risque en s’abstenant de consommer ce produit sous la forme susceptible de l’exposer à cette maladie.

Youcef Ziad

0