Par DDK | 8 Aout 2018 | 813 lecture(s)

Tizi-Gheniff - Résorption de l’habitat précaire

La distribution de 110 logements au programme

Le programme de la résorption de l'habitat rural dans la commune de Tizi-Gheniff a été concrétisé. Le projet des 85 logements (RHP) a été attribué depuis longtemps, précisément depuis près de cinq ans. Quant aux autres bénéficiaires des cités du stade et HLM, ils attendent toujours leur relogement. Au total, nous avons compté cent dix logements (40 sur le chemin menant vers M'Kira et 70 sur la route du stade). De loin, ces logements sont achevés depuis déjà belle lurette. Mais, comme toujours, ce sont les commodités nécessaires, à savoir le gaz naturel, l'assainissement et l'eau courante, qui y font défaut, en plus de l'épineux projet des aménagements extérieurs. Présentement, les responsables locaux s'attellent à régler les différentes situations en suspens pour, enfin, reloger les familles qui ne cessent de réclamer un toit décent depuis des années. «Il ne reste que quelques travaux d'assainissement et d'aménagement. Sinon, les listes sont prêtes. Nous espérons les distribuer avant la fin de l'année, voire à la rentrée sociale», rassure le maire. De leur côté, les bénéficiaires sont impatients d'occuper ces appartements flambant neuf : «Nous avons trop patienté. Maintenant, nous lançons un appel aux responsables concernés d'accélérer la cadence des travaux de finalisation parce que nous ne voulons plus vivre un autre hiver dans nos gourbis», déclare un bénéficiaire de la cité HLM, où il ne reste que quelques travaux à terminer. Par ailleurs, les recasés dans l'ex-Capcs se diront, eux aussi, dans le besoin extrême : «En principe, nous sommes concernés par l'opération de recasement parce que nous sommes ici depuis plus de dix ans. Les autres familles issues de l'ex-cité dite de La Gendarmerie ont été relogées dans le programme RHP déjà réalisé», informera un citoyen à ce propos. En outre, les bénéficiaires des trente logements RHP, qui ont tardé à voir le jour, seront, eux aussi bientôt relogés. «Nous avions repris ce projet à l'arrêt. Avec beaucoup de dévouement et de courage, en dépit de certaines entraves, nous l’avons mené à bon port. Pratiquement, il ne reste que les travaux d'aménagement», précisera le chef d'entreprise. En tout cas, dans cette commune, en même temps chef-lieu de daïra, d'autres projets sont attendus pour soulager les demandeurs de logement. On citera les logements sociaux sur la route vers M'Kira. Selon les ex-responsables locaux, la municipalité a bénéficié d'un programme de six cents logements sociaux non encore lancé. «Si ce projet est concrétisé, nous régleront un grand problème», estime un élu de l’Assemblée. Par ailleurs, le problème de la quarantaine de logements squattés lors des événements douloureux du Printemps noir n’a toujours pas été réglé. Un autre problème que les responsables concernés sont appelés à solutionner.

Amar Ouramdane

0