Par DDK | 19 Aout 2018 | 752 lecture(s)

Mekla

Près de 200 oliviers incendiés

La daïra de Mekla a-t-elle plus que jamais besoin d’une unité de la Protection civile de lutte contre les incendies de forêts ? Sans doute, c’est le moins que l’on puisse dire pour un territoire qui recèle un potentiel de 1 000 Ha de superficies oléicoles, réparties sur les trois communes composant la daïra et où y vivent près de 55 000 habitants. Malgré un été qui n’a rien à voir avec celui de l’année dernière, en termes d’incendies de forêt, la population locale se ronge toujours d’inquiétude. De toute façon, cela était le cas lundi passé alors qu’un incendie a "dévoré" près de 200 oliviers et une vingtaine de ruches d’abeilles dans la commune d’Aït-Khelili. Au grand malheur de leurs propriétaires, l’arrivée un peu tardive des pompiers face à la vitesse de propagation des feux ainsi qu’à l’exiguïté de l’endroit, n’ont pas permis de sauver ce qui pouvait encore l’être. Selon l’un des témoins oculaires, l’incendie aurait pris naissance dans une décharge sauvage, chose qui a alimenté davantage la colère et la frustration des citoyens de la région. Rappelons, par ailleurs, qu’un projet de réalisation d’un siège de la Protection civile a été déjà lancé à la périphérie de la ville de Mekla, avant qu’il ne soit arrêté dans des conditions ambiguës.

Ahmed. K.

0